Les Antilles : à l’origine de l’US Navy | KPMG | FR

Les Antilles : à l’origine de l’US Navy

Les Antilles : à l’origine de l’US Navy

[Décryptage - International]

1000

D'autres actualités sur le site

Après l’abolition de l’esclavage dans les Antilles françaises en 1793, les planteurs de la Martinique et de la Guadeloupe se rallient aux Anglais, qui occupent les îles, et se rapprochent des Etats-Unis. La Convention dépêche sur place le commissaire de la République Victor Hughes, à la tête d’un corps expéditionnaire d’un millier d’hommes. Renforcés par le concours de trois mille esclaves affranchis, les Français reprennent possession des Antilles.

En réaction, sous l’influence des Etats esclavagistes, le Congrès américain suspend le remboursement à la France de la dette contractée par les Etats-Unis pendant la guerre d’indépendance, au motif que leur créancier était la monarchie et non la République. Concomitamment, Washington autorise la flotte britannique à saisir sur les navires marchands américains les marchandises destinées à la France.

En 1796, Victor Hughes reçoit du Directoire l’ordre de s’emparer, en représailles, de la flotte commerciale des Etats-Unis. Entre 1797 et 1800, près de deux mille embarcations américaines seront arraisonnées par des corsaires français opérant à partir de la Guadeloupe et de Saint-Martin.

Le Congrès presse le président Adams de déclarer la guerre à la France. Les Etats-Unis ne disposant pas d’une flotte de guerre, Adams temporise et met en chantier ce qui deviendra l’US Navy. Au fur et à mesure de leur sortie des chantiers navals, les navires de guerre américains se portent au-devant des corsaires de Victor Hughes. Une centaine de vaisseaux français sont pris ou coulés. Ces combats, connus sous le nom de « quasi-guerre », ne prendront fin qu’au début du Consulat, par le Traité de Mortefontaine (1800).

Les tensions franco-américaines vont cependant vite ressurgir. Dans le cadre du Blocus continental, Napoléon fait saisir de nombreux navires marchands américains. A la chute de l’Empire, un nouveau traité établit une compensation entre la dette de la guerre d’indépendance restant due et le montant des marchandises américaines saisies pendant le Blocus continental. De créancière, la France devient débitrice des Etats-Unis. L’accord prévoit les premières échéances en 1832, mais le Trésor français tarde à honorer ses engagements. En 1834, Washington met Paris en demeure de payer. La Chambre des pairs refuse, au motif que les Etats-Unis sont ingrats au regard de l’aide que leur ont apportée La Fayette – mort cette même année 1834 – et ses compagnons pendant la guerre d’indépendance !

Le Congrès presse le président Jackson de prendre des mesures de rétorsion militaire, voire de déclarer la guerre à la France. Trente-cinq ans après la « quasi-guerre », l’Histoire semble se répéter. Mais, en tiers de siècle, l’US Navy est devenue une flotte moderne et bien entraînée, plus puissante que la Marine française. Louis-Philippe est obligé de s’exécuter.
 

Décryptages

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot
Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre