Pâques : le lapin en tête | KPMG | FR

Pâques : le lapin en tête

Pâques : le lapin en tête

[Décryptages - Génération]

1000

D'autres actualités sur le site

C’est le lapin qui arrive, à Pâques, en tête des figurines en chocolat préférées des Français : 42% des ventes, contre 17% pour les œufs et 14% pour les poules. Les cloches se font rares, et les poissons n’émergent que les années où Pâques est proche du premier avril.

L’usage du lapin comme symbole de fertilité au début du printemps est né en Europe centrale. Il a été transporté aux Etats-Unis par les immigrants allemands du XIXème siècle, avant de revenir sur le vieux continent par l’Angleterre et de s’imposer, plus récemment, en France.

Si l’irruption du lapin dans le paysage chocolatier français fait le bonheur des confiseurs, il inquiète en revanche les pouvoirs publics.

Au Royaume-Uni, où l’animal a depuis longtemps détrôné les œufs et les cloches, les enfants réclament de plus en plus, à côté de ceux en chocolat, des lapins vivants pour Pâques. Et l’été venu, l’administration britannique doit faire face à des milliers d’animaux abandonnés sur la route des vacances.

On n’en est pas là en France. De ce côté-ci de la Manche, ce ne sont encore que des peluches qui viennent s’ajouter aux lapins en chocolat.

Mais les Anglais n’avaient pas commencé autrement !
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.

Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre