La Société d'encouragement pour l'industrie nationale | KPMG | FR

La Société d'encouragement pour l'industrie nationale fondée en 1801 : premier incubateur français

La Société d'encouragement pour l'industrie nationale

[Décryptages - Entreprises & Economie]

1000

D'autres actualités sur le site

« Sans doute, un Gouvernement éclairé peut, dans une nation libre, faire beaucoup pour l’industrie [...] Un nouveau code commercial va ranimer la confiance en rendant une nouvelle sûreté aux transactions ; une législation simple et protectrice va rétablir l’ordre dans nos ateliers en garantissant cette liberté de l’industrie, principe nécessaire de l’émulation : un tarif des douanes, mieux assorti à nos besoins et à nos ressources, conciliera plus heureusement les intérêts de notre commerce avec ceux de nos manufactures. »

Cette profession de foi ne détonnerait pas dans les programmes électoraux d’aujourd’hui. Pourtant, elle date de 1801 !

Lorsque le Consulat succède au Directoire en 1799, l’administration, les finances, l’enseignement et l’industrie sont à bout de souffle en France après la décennie révolutionnaire. Pour restaurer l’autorité de l’Etat, Bonaparte crée le corps préfectoral en 1800. La même année, pour rétablir la confiance monétaire, il fonde la Banque de France. En 1802, un programme d’ouverture de 45 lycées inaugure une nouvelle ère pédagogique. Enfin, pour relancer l’économie, une Société d'encouragement pour l'industrie nationale (SEIN) est constituée en 1801.

Comme pour la Banque de France, le Premier consul retient, pour la SEIN, un statut de droit privé. L’actionnariat réunit des personnalités de tous horizons parmi les plus illustres de l’époque : les savants Berthollet, Vauquelin, Chaptal, Monge, Parmentier, l’industriel Delessert, le banquier Perregaux, le publiciste Benjamin Constant… Les trois consuls prennent personnellement des parts et encouragent les préfets à faire de même dans les structures départementales qui s’établissent vite autour de Société d'encouragement pour l'industrie nationale.

D’emblée, la SEIN fonctionne comme une pépinière d’entreprises, en organisant dans ses locaux la rencontre de scientifiques, entrepreneurs, financiers et administrateurs. Proche des écoles des Arts et Métiers et de l’Ecole Centrale, la société stimule le développement des formations d’ingénieurs. Elle pose aussi les premiers jalons de la propriété industrielle. Avant l’heure, elle assure les missions qui sont aujourd’hui celles de la BPI, d’OSEO et de l’INPI.

La SEIN connaît son apogée sous le Second Empire et dans les premières années de la Troisième République. Depuis son siège social de la place Saint-Germain-des-Prés, elle soutient des inventeurs comme Pasteur, Becquerel et les Curie, Lalique, Jacquard, Niepce, Breguet… C’est dans ses locaux que les frères Lumière présentent en 1895 une série de photographies animées qui deviendront le cinéma.

La Société d'encouragement pour l'industrie nationale poursuit activement ses travaux jusqu’aux Trente Glorieuses. Son activité tend à décliner au cours des décennies suivantes. Depuis quelques années, elle connaît une nouvelle dynamique : l’annonce d’un renouveau de l’industrie française ?
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre