Nous commençons à être sur le radar

Nous commençons à être sur le radar

Diego De Biasio, le CEO du Technoport livre ses impressions sur la demi-finale des Fintech Awards Luxembourg et sur la vague fintech qui occupe la Place.

1000

Contact

Head of Tax

KPMG in Luxembourg

Contact

Related content

Diego De Biasio, le CEO du Technoport livre ses impressions sur la demi-finale des Fintech Awards Luxembourg et sur la vague fintech qui occupe la Place.


M. De Biasio, quelles sont vos impressions au sortir des pitchs des start-up fintech concourant pour la finale des Fintech Awards Luxembourg?

«L’idée est positive et participe à la volonté de la Place d’aller dans ce secteur. Ce type de concours est un moyen d’attirer des sociétés étrangères, de se positionner dans l’écosystème national. Les organisateurs se sont donné les moyens d’attirer des candidats via des prix conséquents. Quand on lance un appel à candidatures, la question en retour est 'qui y a-t-il à la clé?' J’ai ainsi remarqué que le concours Fit4start attirait aussi des start-up.


Quel serait votre conseil aux start-up pour «pitcher»?

«S’entraîner! Je crois qu’il est clair que, dans ce cas, trois minutes passent vite, mais si on s’entraîne on peut parvenir à donner les messages de façon claire, voire à les orienter de façon à ce que le jury aborde certaines questions durant les questions/réponses.


« 22% des demandes annuelles viennent d’au-delà de la Grande Région. »
Diego De Biasio, CEO du Technoport


Que représente la vague fintech pour votre incubateur?

«Nous avons quelques dossiers sur la table, mais ce n’est pas forcément, dans notre cas, la vague qui domine tout. Les demandes restent assez diversifiées. Nous en avons reçu 163 l’an dernier, dont pas mal de projets ICT. Nous ne voulons pas devenir un incubateur spécialisé.


Qu’en est-il de la destination luxembourgeoise pour les start-up?

«Le Luxembourg est certes attractif dans certains segments. Nous constatons que 22% des demandes annuelles que nous recevons viennent d’au-delà de la Grande Région. Donc nous commençons à être sur le radar. Si on veut vraiment, à l’échelle de la Place, se focaliser sur un segment spécifique, il faut que l’écosystème tienne la route, sinon on ne pourra pas offrir ce que l’on promet. Depuis 12 à 15 mois, il y a eu une prise de conscience, dans les banques, mais aussi dans différentes entreprises, de s’associer avec des start-up pour innover, qu’il s’agisse de smart building ou d’objets connectés. Ces nouveaux partenariats leur permettent de diversifier leur champ d’action.»

Source

Press Contact

Geneviève Feyt

Phone: +352 22 51 51 2903
E-mail: genevieve.feyt@kpmg.lu

Connect with us

 

Request for proposal

 

Submit

KPMG's new digital platform

KPMG International has created a state of the art digital platform that enhances your experience, optimized to discover new and related content.

 
Read more