La LHoFT a dix premiers partenaires à 50.000 euros | KPMG | LU

La LHoFT a dix premiers partenaires à 50.000 euros

La LHoFT a dix premiers partenaires à 50.000 euros

«Vous êtes parvenus à vous hisser en deuxième position mondiale des fonds d'investissement à partir de rien! Il n'y a aucune raison que vous n'en fassiez pas autant avec les FinTech!»

1000

Contact

Contact

Related content

«Vous êtes parvenus à vous hisser en deuxième position mondiale des fonds d'investissement à partir de rien! Il n'y a aucune raison que vous n'en fassiez pas autant avec les FinTech!»

En version bulldozer, dans un discours très offensif, le patron français de Bankable n'a pas de doute sur l'avenir des FinTech au Luxembourg. Même lui, habitué des gros coups, confie la gestion des données de sa start-up hébergée dans le plus bel incubateur, le L39 à Londres... à des datacenters luxembourgeois. Eric Mouilleron est le dernier orateur de la cérémonie de «virtual groundbreaking», organisée hier matin à la Chambre de commerce.


Un milieu de plus en plus impatient

Assez impatient, le milieu se posait une seule question: quand la Luxembourg House of Financial Technology ouvrira-t-elle enfin ses portes? De quoi obliger le patron de Luxembourg for Finance à s'adresser «aux cyniques», dit-il. Car la cérémonie est restée très virtuelle, à deux importantes exceptions près.

Nicolas Mackel a présenté les dix premiers partenaires de la future plate-forme, sorte de lieu de rencontre de tous ceux qui travaillent à révolutionner l'industrie bancaire de demain. BCEE, BGL-BNP Paribas, Clearstream, Deloitte, KPMG, PwC, Sixt, Post, Société générale et Telindus se sont chacun engagés non seulement à verser 50.000 euros annuels à la LHoFT mais à en être des partenaires actifs.

«Concrètement», explique 
M. Mackel, «pour l'instant, vous aviez parfois des partenariats entre Post et l'Université, par exemple, mais rarement à quatre partenaires dont trois privés. Nous pourrons entamer des projets à géométrie variable en fonction des intérêts de chacun.»


Une fondation scientifique?

Autre annonce passée relativement inaperçue, la LHoFT pourrait être une fondation scientifique. Le «scientifique» est le seul type de fondation imaginé par la loi de 1928 qui puisse convenir à des activités liées à l'entrepreneuriat des finances et des banques.

Il n'était pas possible d'imaginer un groupement d'intérêt économique, puisque cela aurait empêché «Luxembourg for Finance», qui pilote le projet jusqu'à ce que le directeur général soit recruté – deux à trois semaines a dit 
M. Mackel – de continuer à y prendre part.

Les autres formes de sociétés privées ont toutes un but lucratif qui aurait difficilement cadré avec l'objectif de cette maison, dans laquelle doivent se retrouver tous les acteurs de ce secteur d'activités pour échanger les bonnes pratiques, parler de leurs difficultés et trouver des solutions.


Le commissariat à retaper

La LHoFT ne pourra pas entrer dans les anciens locaux de l'ancien commissariat de police du quartier de la gare avant septembre prochain. Tous les câbles, électriques et autres, ont été enlevés parce que le bâtiment devait être détruit.

Une convention est actuellement en négociations entre la Ville de Luxembourg qui en est le propriétaire et l'asbl Nuyko de Nicolas Buck. La LHoFT occupera à terme un étage du bâtiment et Nuyko les autres.

En attendant, elle sera hébergée gratuitement sur un étage à la Chambre de commerce.

Press Contact

Geneviève Feyt

Phone: +352 22 51 51 2903
E-mail: genevieve.feyt@kpmg.lu

Connect with us

 

Request for proposal

 

Submit