Il faut utiliser le talent féminin!

Il faut utiliser le talent féminin!

1000

Contact

Head of Tax

KPMG in Luxembourg

Contact

Related content

L’ancienne commissaire européenne et eurodéputée était l’invitée cette semaine du Luxembourg Gender Diversity Summit organisé par KPMG. L’occasion de revenir sur un sujet qui lui est cher: la promotion des talents féminins.

Plus que jamais, le savoir et l’innovation sont indispensables pour que l’Europe soit compétitive dans une économie mondialisée. Car nous vivons des changements démographiques considérables: augmentation de l’immigration, baisse du taux de natalité, population vieillissante et réduction du nombre des actifs. Pour les entreprises, cela signifie qu’elles devront être plus inclusives au niveau du recrutement. Il ne sera plus aussi évident de trouver les talents dont elles ont besoin. Il est grand temps de réaliser les avantages d’une main-d’œuvre diversifiée: une vaste palette de connaissances, de qualifications, de cultures, de perspectives et d’expertise. Quand vous avez une main-d’œuvre homogène, les personnes pensent de la même manière et apportent les mêmes solutions. Au contraire, l’innovation requiert de nouvelles perspectives. Seules à même d’apporter de la créativité et du dynamisme.

Indéniablement, les femmes constituent une grande réserve de main-d’œuvre très qualifiée. Plus de 60% des diplômés de nos universités européennes sont féminins. L’investissement dans cette formation est conséquent. C’est un non-sens de ne pas chercher de retour sur investissement. Les nombreuses études, comme celles réalisées par McKinsey, Deutsche Bank ou Paterson Institute, montrent toutes que plus il y a de femmes dans les instances de décision, plus les résultats économiques et financiers des entreprises sont bons. Cela crée plus de croissance et plus d’emplois: c’est un cercle vertueux.

Ce raisonnement est à l’origine de mon initiative pour briser le plafond de verre qui continue d’entraver l’accès des femmes aux postes de décision dans les plus grandes entreprises d’Europe. La proposition législative que j’ai mise sur la table en tant que commissaire européenne à la Justice vise à instaurer une nouvelle règle obligeant les entreprises à accroître la mixité au sein de leurs conseils. Elle concerne essentiellement les postes d’administrateurs non exécutifs des sociétés cotées en Europe, ce qui envoie un signal clair dans les hautes sphères des entreprises. Un processus de sélection transparent se trouve au cœur de cette proposition: il s’agit de permettre l’accès du talent féminin à ce processus afin d’atteindre une proportion de 40% de membres du sexe sous-représenté d’ici 2020, sur la base de critères de compétence et de qualification. Le principe sous-jacent est simple: aucune femme n’obtiendra un emploi du seul fait de sa qualité de femme mais, dans le même temps, aucune femme ne se verra refuser un emploi simplement parce qu’elle est femme.

Les offensives menées en faveur de l’équilibre hommes-femmes dans les conseils d’entreprise portent leurs fruits. Le plafond de verre commence à se fissurer. Le pourcentage des femmes siégeant dans les conseils d’entreprise en Europe a augmenté en moyenne européenne de 11,9% en 2010 à 20,2% en 2015. Cette percée est la plus remarquable dans des pays comme la France, l’Italie et le Danemark, qui ont légiféré en la matière. L’Allemagne aussi leur a récemment emboîté le pas. Le Luxembourg, malheureusement, fait figure de retardataire. Mais en règle générale, on voit une augmentation conséquente: la proposition législative européenne développe des effets positifs sans qu’elle ne soit entrée en vigueur.

Il n’en reste pas moins urgent de l’adopter. Le Parlement européen l’a votée à une écrasante majorité (459 voix pour, 148 voix contre et 81 abstentions) dès 2013. Mais depuis, la proposition reste bloquée au Conseil par les États membres. Une fois de plus, le Conseil a les pieds sur les freins. Une fois de plus, les considérations de politique nationale empêchent la finalisation d’un projet européen qui bénéficierait pourtant tant aux citoyens qu’aux entreprises. Nous ne pouvons pas nous permettre de gaspiller le talent féminin. Notre économie a besoin de leurs connaissances, de leurs qualifications et de leurs perspectives. Plus que jamais, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour briser le plafond de verre. Une fois pour toutes!

Source

Press Contact

Geneviève Feyt

Phone: +352 22 51 51 2903
E-mail: genevieve.feyt@kpmg.lu

Connect with us

 

Request for proposal

 

Submit

KPMG's new digital platform

KPMG International has created a state of the art digital platform that enhances your experience, optimized to discover new and related content.