Défi pour la transparence - édition 2018 | KPMG | FR
close
Share with your friends

Défi pour la transparence - édition 2018

Défi pour la transparence - édition 2018

Communication financière des banques européennes.

1000

Expert

Associée, Responsable du département Réglementaire bancaire

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

─ Les 17 principales banques européennes : un résultat net cumulé en progression de 35 %
─ L’innovation et le nouveau triptyque « Banque - Fintech - GAFA » au cœur de leurs enjeux

KPMG présente la 12ème édition de l’étude « Défi pour la transparence », qui décrypte la communication financière des 17 principaux groupes bancaires dans huit pays européens*. Le rapport analyse notamment leurs résultats, le discours de leurs dirigeants et les enjeux liés à la transformation numérique. Il examine également pour la première fois cette année leur positionnement vis-à-vis des Fintech.
 

Des banques plus robustes : un résultat net cumulé en progression de 35 % par rapport à 2016

Dans un environnement de croissance mondiale de 3,8 % et grâce à une dynamique dans tous les métiers/réseaux de distribution du secteur bancaire, des frais de gestion maîtrisés et une baisse du coût du risque, les banques européennes réalisent en 2017 une très bonne performance. Les revenus générés par les activités de la banque de financement et d’investissement atténuent notamment la légère dégradation sur la banque de détail, et permettent une stabilisation du PNB global (-1,1 % vs. 2016).

Evolution du PNB et du RCAI** pour chacune des 17 banques (2016-2017)

Grâce à des plans de transformation engagés depuis plusieurs années, les banques confirment leur capacité à créer de la valeur pour leurs actionnaires et affichent un résultat net cumulé en progression de 35 % par rapport à 2016. Dans leurs commentaires sur les performances, la plupart des dirigeants se disent satisfaits des résultats de l’exercice 2017 et indiquent que leurs banques sont dans une dynamique de croissance de long terme.

Une rentabilité opérationnelle en hausse

Le résultat d’exploitation des banques augmente de 30 % en 2017 : cette augmentation significative traduit à la fois la forte réduction des coûts dans le cadre des plans de transformation engagés par l’ensemble des banques et l’amélioration des performances et des synergies résultants des politiques de recentrage sur le cœur d’activité.

La dispersion des coefficients d’exploitation s’atténue et révèle un échantillon homogène, avec un écart-type de 13 % : les valeurs varient entre 47 % pour Santander et 93 % pour la Deutsche Bank.
 

Évolution du résultat d’exploitation et du coefficient d’exploitation (2017-2016)

Le secteur bancaire renforce son engagement social environnemental : l’exemple des Green Bonds

« Les banques affichent toujours plus leur volonté de préserver l’image et la réputation du secteur bancaire par des comportements intègres qui mettent les clients et la société au centre de leurs priorités. On voit vraiment aujourd’hui qu’elles mettent la Responsabilité Sociale et Environnementale au cœur de leurs initiatives » décrypte Sophie Sotil-Forgues, Associée KPMG, responsable du département Réglementaire Bancaire.

Les banques communiquent notamment sur leur participation au financement de la transition énergétique, à travers l’émission d’obligations vertes pour le compte des clients ou au travers de prêts à des entreprises impliquées dans le développement durable ou l’économie sociale.

La plupart des banques, à l’exception de LBG et de RBS, communiquent sur leurs activités en tant qu’arrangeurs d’émissions d’obligations vertes (Green Bonds). Le marché des obligations vertes a fortement augmenté en 2017, les émissions s’établissant à 155 Milliards US$, une augmentation de près de 80 % par rapport à 2016. Le Crédit Agricole est le premier acteur du secteur avec un rôle d’arrangeur dans plus de 51 Mds de dollar d’émissions en 2017. Les autres banques ont arrangé ou participé aux émissions 2017.
 

Montants d’obligations vertes arrangées (en Millions)

Les banques annoncent également œuvrer pour d’autres objectifs sociaux et sociétaux, via l’amélioration du taux de bancarisation et le soutien à l’emploi.

L’innovation et le nouveau triptyque : “Banque - Fintech - GAFA/BATX” au cœur de leurs enjeux

L’ensemble des 17 banques du panel s’accordent sur l’importance d’un engagement rapide dans la transformation digitale. Plusieurs d’entre elles ont déjà bien amorcé cette transformation, au travers notamment de la mise en place de labs internes dédiés à l’innovation.

Pour les banques, des investissements réalisés dans le cadre de Consortium permettent aussi de sécuriser l’accès à certains services. BNP Paribas, Société Générale, BPCE à travers Natixis et Barclays ont par exemple pris une participation aux côtés d’une quinzaine d’établissements au sein de la Fintech Symphony, dans l’objectif de sécuriser l’accès à une technologie innovante.

En parallèle, de nouveaux acteurs font leur apparition sur le marché des services financiers : les Fintech, mais aussi les géants technologiques, les GAFA*** et ls BATX****. Si pendant longtemps, les établissements bancaires ont été les seuls acteurs de référence du secteur, le développement des nouvelles technologies à moindre coût a réduit les barrières à l’entrée.

Une grande majorité des banques de l’étude mentionnent les Fintech : ces acteurs sont considérés soit comme des concurrents, soit comme des partenaires.

Les géants technologiques sont aussi parfois cités par les banques du panel : BBVA indique que ces géants sont déjà en concurrence avec les banques ; ING mentionne que les solutions de paiement des BATX ont notamment obtenu des licences bancaires…

Analyse SWOT Banques/GAFA/Fintech

Si certains établissements perçoivent les Fintech comme une menace potentielle future, d’autres se sont inscrits dans des logiques de « coopétition » novatrices. Pour les groupes, différents choix stratégiques se dessinent : partenariats, acquisitions, capital-investissement…

Méthodologie

— Pour la 12ème année consécutive, KPMG a réalisé une étude comparative des rapports annuels des principaux groupes bancaires européens, dans 8 pays :
- Grande-Bretagne : Barclays, Lloyds Banking Group, Royal Bank of Scotland, HSBC
- France : BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Société Générale
- Allemagne : Commerzbank, Deutsche Bank
- Espagne : BBVA, Santander
- Suisse : Crédit Suisse, UBS
- Suède : Nordea
- Pays-Bas : ING
- Italie : Unicredit.

— KPMG a analysé les résultats 2017 des banques, les discours de leurs dirigeants, les activités de banque d’investissement et de banque de détail, les fonds propres, les évolutions en matière de gouvernance, de refinancement et de liquidité, et les stratégies des banques en matière d’innovation et l’impact des Fintech.

* Voir le détail des banques dans la méthodologie disponible en fin de communiqué
** RCAI : résultat courant avant impôts
*** Géants technologiques américains : Google, Apple, Facebook, Amazon
**** Géants technologiques chinois : Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi

Contact presse
Hélène Carlander
hcarlander@kpmg.fr

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre