Baromètre des entreprises familiales européennes | KPMG | FR
close
Share with your friends

Baromètre des entreprises familiales européennes

Baromètre des entreprises familiales européennes

KPMG publie la 6ème edition de son baromètre européen des entreprises familiales.

1000

Expert

Associé, Directeur Paris & Centre, Responsable national PME, ETI & Entreprises familiales

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

Les entreprises familiales veulent davantage d’intégration européenne

KPMG publie la 6ème édition de son baromètre européen des entreprises familiales réalisé avec European Family Businesses. Les 1100 décideurs interrogés témoignent d’un climat de confiance au beau-fixe et accordent un crédit sans précédent à l’Europe.
 

85 % des dirigeants d’entreprises familiales sont euro-enthousiastes

Les entreprises familiales accordent un crédit sans précédent à l’Europe : 56 % d’entre-elles souhaitent plus d’intégration européenne et 29 % souhaitent le maintien du niveau d’intégration actuel.

Cette tendance est d’autant plus marquée à l’aune du Brexit et du poids des entreprises britanniques dans l’économie européenne. Ainsi, malgré la tendance eurosceptique plus marquée dans les entreprises familiales du Royaume-Uni (seules 30 % des entreprises sondées se prononcent en faveur de plus d’intégration), les résultats à l’échelle européenne témoignent bien d’un plaidoyer européen dans le milieu des PME et des ETI familiales.

Pour 36 % des dirigeants d’entreprises familiales, une intégration accrue de l’Europe doit en priorité prendre la forme d’un marché unique assorti d’une union politique renforcée.
Seuls 19 % des décideurs interrogés préfèrent concentrer les efforts d’intégration européenne sur le seul point du marché unique.
Cet espoir accordé à l’Europe est également à mettre en perspective, au regard des craintes des entrepreneurs familiaux à l’égard de l’instabilité politique : une entreprise sur trois voit dans cette instabilité un risque important pour leurs affaires.

« Les entreprises familiales attendent désormais une Europe plus ouverte et moins contraignante. Elles s’accordent sur l’intérêt de s’attaquer à la fraude fiscale et craignent le poids de la régulation sur leur activité quotidienne.» analyse Éric Thouvenel, Associé KPMG, Responsable national des Entreprises familiales.
 

La « guerre des talents » devient l’enjeu majeur pour les dirigeants d’entreprises familiales

La « guerre des talents » déjà identifiée dans la précédente édition du baromètre demeure le défi le plus important pour les entreprises familiales. Elles se livrent à une concurrence sans merci pour recruter des collaborateurs compétents et retenir ces talents.
Pour 43 % des entreprises interrogées, cette capacité à attirer et conserver une main-d’œuvre justement qualifiée représente le principal motif de préoccupation, devant l’intensification de la concurrence (37 %) et la baisse de leur rentabilité (36 %). Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur : cette bataille des compétences est une tendance de fond pour les entreprises familiales qui voient cette thématique passer de 23 % des entreprises concernées en 2013, pour gagner 20 points en l’espace de 4 exercices.
 

Les entreprises familiales prennent conscience de la nécessité de nommer à des postes à responsabilité des talents hors-famille, elles sont même 77 % à considérer leur présence comme une importante plus-value.

« Au-delà de cette ouverture dans leur gouvernance, les entreprises doivent également encourager l’esprit entrepreneurial au sein de leurs équipes pour satisfaire les nouvelles générations de collaborateurs, en quête de challenges. » ajoute Éric Thouvenel.
 

71% des entreprises sont confiantes quant à leurs perspectives économiques pour l’année à venir

Les entreprises familiales confirment leur excellente santé économique : 71 % d’entre-elles se disent confiantes quant à leurs perspectives pour l’année à venir, contre seulement 54 % en 2013. Cette tendance de fond témoigne d’une reprise accrue des affaires à l’échelle européenne.

Dans un environnement économique mouvant, les PME et ETI familiales tirent leur épingle du jeu de par leur business model plus agile, qui leur a permis de lancer de nouveaux produits et services (23 %), de développer de nouvelles techniques de ventes (16 %) et d’améliorer leurs processus internes (14 %). Autant de points qui ont selon elles contribué à leur croissance, puisque 57 % des entreprises attestent d’avoir vu leur chiffre d’affaires progresser au cours du dernier exercice.

Cette confiance au beau fixe laisse présager de perspectives encourageantes dans les entreprises familiales : elles sont ainsi près de 50 % à prévoir d’embaucher de nouveaux collaborateurs tandis que 39 % d’entre-elles prévoient de rester à effectif égal pour l’année à venir. La prévision des embauches dans les entreprises familiales reste cependant liée à un assouplissement de la législation du travail, qui reste un défi majeur pour 41 % des entreprises interrogées.
  

Méthodologie 

– Le baromètre européen des entreprises familiales est élaboré sur la base des résultats d’une enquête en ligne ayant généré le retour d’un total de 1 122 questionnaires entre le 7 mai et le 23 août 2017.
– Cette enquête est la sixième du genre à avoir été réalisée afin de mesurer les tendances prévalant dans le secteur des entreprises familiales en Europe.

Contact Presse

Hélène Carlander
hcarlander@kpmg.fr

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre