Les femmes face à l’investissement | KPMG | FR

Les 3/4 des investisseuses affirment être devenues "Business Angel" par intérêt pour l’innovation et les technologies

Les femmes face à l’investissement

Pour la première fois, l’association Femmes Business Angels et KPMG, avec OpinionWay, se sont intéressés au rapport des femmes à l’argent et à l’investissement, en croisant les regards de Françaises et de « Business Angels » sur le sujet.

1000

Contact

Responsable Relations Publiques

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

Les Françaises s’intéressent à l’écosystème entrepreneurial et en ont un assez bon niveau de connaissance

Alors qu’une vague d’intérêt pour l’écosystème de l’entreprenariat émerge dans l’opinion, les Françaises sont familières des notions de cet environnement : 92% d’entre elles savent ce qu’est une PME, plus de 75% d’entre elles ont à minima déjà entendu parler de start-up et de levées de fonds. Si le Crowdfunding a permis de démocratiser les questions de financement (près de la moitié des Françaises connaissent ce terme), plus d’une femme sur 5 a déjà entendu parler de la notion de Business Angels.

Lorsqu’elles sont concrètement face aux options d’investissement, les femmes engagées dans l’investissement se tournent principalement vers le monde de l’entreprise (88% citent des investissements en grande majorité dans des projets entrepreneuriaux plutôt que les produits boursiers 14%) quand la majorité des Françaises privilégie des placements considérés plus sûrs (immobilier, assurance-vie, livret A). Ces premiers placements nécessitent des connaissances et un réseau plus approfondis.

Le manque de connaissance est en effet un frein à l’investissement pour 33% des Françaises. Malgré tout, elles sont attirées par ces dynamiques entrepreneuriales : Plus d’un tiers d’entre elles citent le soutien à un projet économique d’un proche, le sens du projet et les valeurs de l’entreprise financée ou encore la participation au développement de l’économie entrepreneuriale comme des sources de motivation pour investir.

Pour investir en confiance, les femmes privilégient une démarche collective

« Business Angels » ou non, les femmes s’entourent pour investir : près de la moitié des Françaises seraient rassurées par les conseils d’un professionnel dans le cadre d’un investissement et 65% des investisseuses préfèrent investir à plusieurs et mutualiser leurs compétences. Le co-investissement apparait donc comme une manière de réduire le risque : être informées, conseillées, investir aux côtés d’autres personnes connues sont autant de gages de confiance dont les femmes ont besoin pour investir sereinement.

L’intérêt pour l’innovation et les technologies, principal levier de motivation des « Business Angels »

La santé et l’éducation sont deux secteurs qui sont jugés attractifs par les femmes, investisseuses ou non (41%). Pour autant, les trois- quarts des investisseuses affirment être devenues « Business Angel » par intérêt pour l’innovation et les technologies. 73% de celles-ci considèrent le numérique et internet comme l’un des secteurs les plus intéressants pour investir. Il est à noter également qu’elles laissent une bonne place à l’industrie dans leurs investissements.

« Le dynamisme du tissu entrepreneurial français, porté notamment par la French Tech, se reflète dans les priorités et les motivations d’investissement des Femmes Business Angels. Elles sont un vivier très important pour développer le financement des entreprises et veulent prendre part à la vitalité actuelle de d’écosystème » commente Nicolas Beaudouin, Associé KPMG, Directeur du développement Paris & centre.  

Plus qu’un investissement financier, c’est une volonté d’accompagner l’entreprise dans son développement qui motive les « Business Angels »

Le rôle des « Business Angels » se traduit unanimement (95%) par la volonté de consacrer un temps significatif au suivi de leurs participations (2 à 3 fois par mois pour la moitié d’entre elles). 46% souhaitent également participer à la gouvernance de l’entreprise.

« Au-delà de son rôle de financement et d’accompagnement des start-ups en démarrage ou en développement, portées par des femmes ou des hommes, la deuxième mission de Femmes Business Angels est de donner les clés de compréhension de cette activité d’investisseuse et de contribuer à la faire connaître auprès des femmes. Cette étude réalisée à l’occasion de notre premier forum de l’investissement au féminin WINDAY nous encourage à prolonger notre action » commente Catherine Abonnenc, Vice-Présidente de Femmes Business Angels.
 

Méthodologie – Sondage OpinionWay pour Femmes Business Angels - KPMG

OpinionWay a interrogé en ligne 1022 femmes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas) et 95 femmes du réseau de l’association Femmes Business Angels sur leur rapport à l’argent et à l’investissement.

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre