Baromètre de l’offre de livres numériques en France | KPMG | FR

Livre numérique : malgré une forte croissance du chiffre d’affaires en 2016, les prévisions restent mesurées

Baromètre de l’offre de livres numériques en France

Dans ce 3ème Baromètre de l’offre de livres numériques en France, KPMG a analysé 86 questionnaires remplis par 79 éditeurs indépendants et 7 groupes, de toutes tailles et de tous secteurs éditoriaux, répartis sur le territoire français, entre mars et juin 2016.

1000

Contact

Chargée de Relations médias

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

Perspectives pour 2020 : les éditeurs reconsidèrent leurs prévisions de parts de marché numérique à la baisse

En 3 ans, les éditeurs ont reconsidéré très nettement à la baisse la part du marché numérique à horizon 2020.

Joëlle Tubiana, Associée KPMG, Responsable du secteur Edition constate : "Alors que les éditeurs étaient 18 % en 2014 à prévoir une part du marché du livre numérique inférieure à 10 %, leur nombre augmente sensiblement en 2016 (43 %). A l’inverse, ceux qui estimaient à plus de 15 % cette part étaient 62 % en 2014 ; ils ne sont plus que 32 % en 2016. De manière très nette, nous constatons, si ce n’est une remise en question du modèle, du moins une vraie prudence sur le marché, après l’engouement des années 2011 et 2012 et l’arrivée des tablettes, qui semblait annoncer alors un changement des paradigmes pour le monde de l’édition."

La part du CA numérique sur le CA global progresse de 25 %, passant de 4 à 5 %

Alors que 55 % des éditeurs avaient une part de CA numérique inférieure à 2 % en 2015, ils ne sont plus que 42 % en 2016. En 2016, certains éditeurs réalisent également désormais plus de
30 % de leur CA en numérique. A noter toutefois qu’encore peu d’éditeurs connaissent la part réelle de leur CA numérique rapportée au CA de leur catalogue disponible en papier et en numérique. Cet indicateur, s’il était disponible, permettrait de mieux rendre compte de l’impact du numérique.
 

Offre : l’importance et le contenu de l’offre de livres numériques varient selon les secteurs éditoriaux et les maisons d’édition

L’offre numérique disponible diffère selon les secteurs éditoriaux : elle est de 100 % pour la Littérature policière, imaginaire et sentimentale, de 80 % pour les Essais et la BD et de moins de la moitié pour les Beaux livres, secteur le moins doté.

Le livre enrichi et le livre audio ne font toujours pas l’unanimité. L’offre de livres audio dématérialisés reste marginale : 88 % des maisons d’édition déclarent ne pas l’utiliser. Et si 70 % des éditeurs trouvent un intérêt dans le livre enrichi, seuls 47 % en éditent, un chiffre qui continue de baisser par rapport à 2015 (-52 %). La raison principale invoquée étant celle du coût.

La pratique du prêt de livres numériques en bibliothèque s’accélère également depuis 2015 : désormais, un tiers des éditeurs disposent de ce type d’offre.
A noter : L’ePub et le PDF restent les formats de livres numériques privilégiés. Néanmoins, l’utilisation du format propriétaire se renforce : 13 % en 2016, contre 5 % en 2015.
 

Projets de développements dans le livre numérique : une stratégie toujours incertaine pour les maisons d’édition qui ne se sont pas encore lancées.

31 % des éditeurs interrogés ne disposent toujours pas d’une offre de livres numériques ; 56 % d’entre eux ne prévoient pas d’en développer une. Les éditeurs indécis en 2015 ont pour la plupart choisi de ne pas se lancer dans ce type d’offre ou ont opté pour des projets à long terme.
 

Ventes : près de 60 % des maisons d’édition préfèrent recourir à des e-distributeurs ; la conclusion d’accords directs avec les géants internationaux en 2ème position

Le schéma le plus utilisé par la plupart des éditeurs est la vente via des e-distributeurs tels que Eden, Immateriel ou Numilog (à 59 %). Et si plus d’un éditeur sur 2 concluent des accords directs avec les opérateurs internationaux (Amazon, Apple, Google), la commercialisation par un accord direct avec eux n’est pas le schéma qu’ils privilégient et arrive en 2ème position, à 26 %.

Méthodologie de l'étude

• Le baromètre a été élaboré grâce à une enquête menée de mars à juin 2016.
• Un questionnaire en ligne a été envoyé à 127 maisons d’édition réparties sur tout le territoire français.
• L’analyse a été réalisée sur la base de 86 questionnaires remplis par 79 éditeurs indépendants et 7 groupes, de toutes tailles et de tous secteurs éditoriaux.
 

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre