Tendances des Entreprises Familiales Européennes | KPMG | FR

Les entreprises familiales européennes affichent un nouveau visage

Tendances des Entreprises Familiales Européennes

Performantes, optimistes, prêtes à relever les défis : les entreprises familiales envisagent des changements stratégiques majeurs, selon l’étude internationale de KPMG "Tendances des Entreprises Familiales Européennes"

1000

Contact

Responsable Relations Publiques

KPMG en France

Contact

D'autres actualités sur le site

Alors que l'économie européenne est marquée par l'instabilité, les entreprises familiales sont un moteur en fournissant 55 à 90 % des emplois dans plusieurs pays de l'Union européenne. Les valeurs fortes et la vision à long terme constituent leur ADN. Souvent mal connues, l'importance des entreprises familiales est sous-évaluée alors qu'elles constituent la forme d'entreprise la plus répandue, de la TPE aux grands groupes mondiaux.

L'étude réalisée par KPMG s'appuie sur les recherches de son Centre d'Excellence Mondial pour les Entreprises Familiales, quatre éditions du Baromètre Européen des Entreprises Familiales (entre 2013 et 2015) et l'étude KPMG « Financement des entreprises familiales de taille intermédiaire : les investisseurs privés, clé de leur croissance ? » pour apporter une perspective approfondie sur ces entreprises, leurs forces, leurs problématiques et leurs défis.

Performantes, endurantes et optimistes, les entreprises familiales sont au cœur de l'économie européenne

En Europe, selon l'Association European Family Businesses, ce sont plus de 14 millions d'entreprises familiales qui fournissent plus de 60 millions d'emplois dans le secteur privé. 40 % des 250 premières entreprises françaises et allemandes sont des sociétés à capitaux familiaux.

Les entreprises familiales européennes affichent une confiance forte dans leur activité et des résultats positifs :

- 75 % des entreprises interrogées ont confiance dans l'avenir.

- 58 % d'entres elles ont vu leur chiffre d'affaire augmenter au cours des six derniers mois et plus d'un tiers anticipe une poursuite de leur croissance dans les deux prochaines années. Les entreprises familiales ont souvent de meilleures performances que leurs sœurs non familiales.

- 75 % prévoient de réaliser des investissements dans un futur proche.

Contrairement aux idées reçues, elles envisagent des changements stratégiques rapides

Fortes de leur confiance dans leur environnement, les entreprises familiales se concentrent sur une planification de l'activité visant à renforcer le potentiel de l'entreprise : 41 % de leurs dirigeants envisagent un changement stratégique dans l'année à venir. Parmi eux, 26 % prévoient de transmettre la direction opérationnelle de l'entreprise à la prochaine génération, 21 % envisagent de vendre l'entreprise et 14 % considèrent la possibilité de la nomination d'un PDG extérieur à la famille.

Une professionnalisation croissante

La croissance faisant désormais partie du top 5 des priorités des entreprises familiales, elles se préoccupent davantage d'améliorer leurs structures de gouvernance, de former un successeur et d'attirer les talents. 88 % des entreprises familiales ont mis en place des mécanismes de gouvernance appropriés. Elles sont de plus en plus ouvertes vers l'extérieur : 85 % des entreprises interrogées considèrent les cadres non membres de la famille comme un avantage pour le succès de leur société. Ces derniers permettent d'apporter une expertise extérieure nouvelle et participent à la professionnalisation de l'entreprise.

L'international gagne du terrain

74 % des entreprises interrogées opèrent au-delà de leurs frontières. Elles savent tirer parti des opportunités économiques offertes par la mondialisation et contribuent à la réussite globale de l'ensemble de l'économie européenne à l'étranger. De plus, près d'un quart des dirigeants interrogés prévoit d'investir à l'international et citent la volonté de s'établir à l'étranger ou d'exporter vers de nouveaux marchés parmi les deux principales priorités de leur développement sur les deux années à venir.

Une ouverture aux nouveaux modes de financement

42 % des entreprises interrogées déclarent avoir déjà bénéficié d'un investissement direct de la part des investisseurs privés, et une écrasante majorité (92 %) d'entre eux confirment en avoir eu une bonne expérience. Ces entreprises apprécient le niveau moins élevé des contraintes imposées par les investisseurs privés en matière d'informations à fournir. Elles citent comme autres avantages : une relation plus personnalisée, une expertise directement utilisable et des négociations plus faciles. Si le maintien du contrôle du capital de la société demeure une des grandes priorités des entrepreneurs familiaux, ces derniers semblent plus ouverts à l'idée d'offrir une partie du capital aux investisseurs extérieurs dès lors qu'ils sont jugés appropriés. Un tiers d'entre eux se dit prêt à ouvrir le capital de l'entreprise à court ou moyen terme et une moitié à long terme.
 

Les entreprises familiales européennes restent confrontées à des challenges importants

Elles ont appris à faire face aux innombrables problèmes liés à la spécificité de leur structure tels que les éventuels conflits familiaux, le caractère affectif de l'implication personnelle des dirigeants et le changement générationel. Cependant, de nouveaux motifs de préoccupation apparaissent : la concurrence, la guerre des talents, la baisse de la rentabilité et la question de la vente de l'entreprise. On observe que la taille fait la différence : la pression semble s'exercer davantage sur les petites entreprises. Ainsi, 64 % des grandes entreprises ont enregistré une progression de leur chiffre d'affaire durant les six derniers mois alors que les petites* ont connu une progression de 47 % seulement.
 

Leur avenir reste prometteur

Malgré les nombreux défis qu'elles ont à relever, les entreprises familiales européennes démontrent un niveau d'optimisme élevé et une capacité à assurer leur croissance. Elles constituent une fraction importante des économies nationales et internationales, en raison de l'explosion de leur croissance dans les marchés émergents. En 2025, 40 % des entreprises de plus de 1 milliard de dollars de CA localisées dans les pays émergents seront à capitaux familiaux.

« Les entreprises familiales semblent prendre une direction allant à l'opposé de l'avis des nombreux sceptiques qui pointent leur obsolescence et regrettent leur traditionalisme éculé », explique Christophe Bernard, Associé KPMG, Global Head of Family Business. « Nous assistons à une mutation majeure des entreprises familiales. Elles sortent désormais de l'ombre en revendiquant leur culture d'entreprise familiale, leur dynamisme et leur ouverture. La capacité des entreprises familiales à réussir ne fait aucun doute. Tant qu'elles affronteront les défis qui se posent à elles de manière appropriée et opportune, il semble que leur avenir ne pourra être que de plus en plus favorable. »

*Dans l’étude, les « petites entreprises » sont définies comme ayant un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros.

Méthodologie de l'étude

Cette étude s'appuie sur les recherches du Centre d'Excellence Mondial KPMG pour les Entreprises Familiales ainsi que les études suivantes :

- Baromètre Européen des Entreprises Familiales. Quatre éditions de cette étude ont été réalisées entre 2013 et 2015 en partenariat avec EFB (European Family Businesses). Cette étude « Tendances des entreprises familiales européennes » s'appuie en particulier sur l'édition de septembre 2015 « Déterminées à réussir » réalisée en partenariat avec METI et le FBN, portant sur un échantillon de 1401 entreprises familiales membres de l'European Family Businesses dans 25 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède.

- L'étude KPMG intitulée « Financement des entreprises familiales de taille intermédiaire : les investisseurs privés, clé de leur croissance ? » rassemble les réponses de 125 entreprises familiales et 125 investisseurs privés de 19 pays du monde entier, représentant un total de 82,4% du PIB mondial.

© 2017 KPMG SA, a French limited liability company (SA) and a member firm of the KPMG network of independent member firms affiliated with KPMG International, a Swiss cooperative. All rights reserved.

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre