La galette des Rois à l’Elysée | KPMG | FR
close
Share with your friends

La galette des Rois à l’Elysée : un compromis républicain

La galette des Rois à l’Elysée

[Décryptages - Générations]

1000

D'autres actualités sur le site

La remise du muguet du 1er mai au président de la République par les « forts des halles » remonte au début de la Quatrième République. Après Vincent Auriol, qui inaugura cet usage, tous les hôtes de l’Elysée reçoivent le jour de la fête du Travail une vaste corbeille de muguet apportée par une délégation du marché de Rungis.

La remise d’une galette des rois de grande taille au chef de l’Etat est de tradition plus récente. Elle n’apparaît qu’en 1975 à l’initiative du président Giscard d’Estaing. Depuis, elle est respectée chaque année avec la même fidélité que celle du muguet.

Mais alors qu’à l’exception de son volume rien ne distingue la corbeille de muguet offerte au président de la République de celles des vendeurs de rue, la galette présidentielle se différencie des galettes du commerce non seulement par sa circonférence mais aussi par son absence de fève.

Ne pas mettre de fève est la solution retenue par l’Elysée en 1975 pour permettre la participation de la présidence de la République à la coutume de la galette sans provoquer de crise institutionnelle.

La dimension chrétienne de l’Epiphanie, la fête que célèbre la galette, ne pose pas problème : comme le sapin de Noël, la galette des rois est devenue une habitude laïque qui dépasse les pratiques religieuses.

La difficulté vient du rituel consistant à « tirer les rois », c’est-à-dire à attribuer une couronne à celui qui trouve la fève – en hommage aux Rois mages honorés le jour de l’Epiphanie. Que ne dirait-on pas s’il revenait au président de la République de devoir porter cette couronne !

Confrontés à la même problématique, les révolutionnaires de 1792 ont transformé la « fête des Rois » en « fête des sans-culottes », et décidé d’attribuer un bonnet phrygien à celui qui découvre la fève. On a ainsi pu continuer à la rechercher dans la frangipane, pour le plus grand plaisir des enfants, sans risquer l’échafaud. La Cinquième République a fait plus simple : elle a renoncé à la fève.
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot
Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre