Thanksgiving : d’une crise à l’autre | KPMG | FR

Thanksgiving : d’une crise à l’autre

Thanksgiving : d’une crise à l’autre

[Décryptages - International]

1000

D'autres actualités sur le site

Le travail le dimanche a été longtemps régi aux Etats-Unis par les lois bleues (blue laws), des prescriptions d’inspiration puritaine remontant aux premières colonies de la Nouvelle-Angleterre. En vertu de ces lois, travailler le Jour du Seigneur a été interdit jusqu’au XXe siècle. Depuis, la plupart des Etats ont autorisé le travail dominical – avec parfois des exceptions qui font sourire de nos jours, telle l’interdiction de vendre des automobiles après la messe. De façon générale, le droit de travailler le dimanche fait consensus aux Etats-Unis.

Cette unanimité est en revanche loin de se retrouver pour Thanksgiving.

Principale fête laïque américaine, le Thanksgiving Day a d’abord été fixé au 26ème jour de novembre par George Washington, avant d’être placé le dernier jeudi de novembre par Abraham Lincoln à partir de 1863.

Le rituel de Thanksgiving s’est progressivement installé : une réunion familiale joyeuse autour d’un repas de plats traditionnels américains accompagnant une dinde. Les commerçants ont pris l’habitude de commencer leurs soldes le vendredi suivant Thanksgiving et les consommateurs d’effectuer leurs premiers achats de Noël à cette date. On a donné le nom de « Black Friday » à ce vendredi où les clients se ruent dans les grands magasins à la recherche des bonnes affaires.

En 1939, au sortir la dépression des années trente, le dernier jeudi de novembre tombait le 30. Pour donner une semaine de plus aux soldes, le président Roosevelt prit la décision de déplacer le Thanksgiving Day au quatrième jeudi, le 23 novembre. Depuis, c’est le quatrième jeudi de novembre qu’on célèbre la fête.

L’usage s’est établi, dans le commerce américain, de chômer ce quatrième jeudi de novembre. Cette pratique, née avec la Grande Crise, s’est prolongée jusqu’à ce qu’une autre crise – celle des subprimes – ne la remette en cause à partir de 2008. Pour prendre de l’avance dans les soldes, certaines enseignes ont décidé d’ouvrir la veille du Black Friday à partir de 20h. Puis d’autres ont fait le même choix à partir de midi, voire depuis le début de la matinée – avant de faire parfois marche arrière au vu des réactions hostiles de l’opinion publique et aussi, dit-on, de la médiocrité du rendement de l’opération.

La question de l’ouverture des magasins le Thanksgiving Day fait ainsi débat aux Etats-Unis. Les enseignes qui demeurent fermées mettent en avant leur respect de la vie familiale de leurs salariés. Celles qui ouvrent soulignent leur engagement à l’égard de leurs clients. Toutes sont par ailleurs exposées à la concurrence croissante de la vente en ligne.

La crise des années trente a fait de Thanksgiving un moment intense de fraternité nationale. Celle des subprimes va-t-elle déboucher, dix ans après, sur une grande controverse commerciale ?
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot
Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre