Marathon de Paris | KPMG | FR

Marathon de Paris, le plus ancien des marathons urbains ?

Marathon de Paris

[Décryptages - Générations]

1000

D'autres actualités sur le site

Pour les Américains, c’est aux Bostoniens que revient la paternité du marathon urbain. Le 19 avril 1897, pour célébrer le Patriots’ Day – journée commémorative des batailles de Lexington et Concord en 1775 pendant la guerre d’indépendance –, une réplique de l’épreuve reine des Jeux olympiques a en effet été organisée dans les rues de la capitale du Massachusetts. Depuis, elle se déroule chaque année à cette même date.

D’aucuns soutiennent que la course de Boston s’est inspirée de celle courue à Paris neuf mois plus tôt, le 19 juillet 1896. Et bien que cette dernière soit restée sans lendemain jusqu’en 1976, ils revendiquent pour la Ville Lumière le titre de premier organisateur historique d’un marathon urbain.

L’idée du premier marathon de Paris appartient à Pierre Giffard (1853-1922), grande plume du Petit Journal, l’un des principaux quotidiens français de la Belle Epoque.

Au mois d’avril 1896, les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne se sont déroulés à Athènes. L’événement le plus marquant a été la victoire du coureur grec Spyrídon Loúis dans l’épreuve du marathon, devant ses concurrents, notamment français et anglais, pourtant bien mieux entraînés.

En enquêtant, Giffard découvre que la plupart d’entre eux ne s’étaient jusque-là jamais exercés sur une distance supérieure à une vingtaine de kilomètres et ignoraient les efforts particuliers que doivent déployer les marathoniens dans la seconde moitié de la course. Pour leur permettre de prendre leur revanche, le journaliste fait organiser une nouvelle épreuve par Le Petit Journal, dès le mois juillet à Paris. « L’intérêt national est en jeu », annonce le quotidien.

Le 19 juillet 1896 à cinq heures du matin, près de 200 coureurs prennent, porte Maillot, le départ du marathon de Paris, en direction de Conflans-Sainte Honorine, à 40 km de là. Cette fois, le vainqueur est anglais et le second français. Cinq coureurs sont plus rapides sur la distance que Spyrídon Loúis à Athènes. La presse salue l’événement.

Peu après, Paul Giffard quitte Le Petit Journal pour rejoindre Le Vélo, grand quotidien sportif où, malgré son caractère omnisport, la préférence va à la « petite reine ». Le marathon de Paris de 1896 ne sera pas réitéré. Ce n’est qu’en 1976, après New York en 1970 et Berlin en 1974, que la capitale française renouvellera l’expérience. Durablement cette fois !

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
Accès à tous les articles Décryptages

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre