Nouvelles tendances de consommation | KPMG | FR

Nouvelles tendances de consommation et nouveaux modes d’interaction

Nouvelles tendances de consommation

L’utilisation des nouvelles technologies s’étend à très grande vitesse et n’est pas l’apanage de la génération Y, toutes les générations sont concernées.

1000

D'autres actualités sur le site

Les évolutions socio-économiques et technologiques changent profondément les modes de consommation

Un certain nombre d’évolutions socio-économiques font la une des journaux : l’arrivée de la génération Y, la digitalisation des relations consommateurs, l’uberisation, la montée de l’économie collaborative. Ces tendances tirent les mutations des modes de consommation. Mais d’autres évolutions de fond ont impact tout aussi fort :

— Le poids croissant des seniors dans l’économie
— La prise de pouvoir des femmes
— L’importance croissante de l’écologie et du bien-être

Les seniors représentent 19% de la population en 2016 ; en 2030 ils seront 29% de la population et concentreront un tiers des revenus. Ils passent environ 15h par semaine sur internet et leur niveau d’équipement est très élevé : ils ont en moyenne 3,2 appareils mobiles (smartphones, tablettes, …) quand les jeunes de la génération Y en ont 3,9. Leur taux d’utilisation des réseaux sociaux est de 71% et de 97% pour les jeunes.

Ils sont fidèles aux marques et ont une préférence pour les magasins de proximité.

Le pouvoir des femmes augmente : leur taux d’activité est passé de 59% en 1975 à 67,6% en 2015, et elles sont aujourd’hui plus nombreuses à être diplômées que les hommes.

Le bien-être et l’écologie font désormais partie des principaux critères d’achat.
 

La digitalisation des consommateurs conduit à l’expansion des ventes en ligne

Les distributeurs et les entreprises de biens de consommation proposent des solutions digitales : Amazon lance Amazon Fresh, Leclerc a lancé un comparateur de prix, Unilever a racheté Dollar Shave Club, une société de vente en ligne de rasoirs qui est leader sur ce marché pour comprendre les dynamiques du commerce en ligne et l’étendre ensuite à ses autres marques.

De nouveaux modèles économiques se généralisent

L’économie collaborative avec des plateformes comme Leboncoin qui atteint 23 millions de visiteurs uniques par mois et 25 millions d’annonces en ligne.

L’uberisation touche de nombreux secteurs : les taxis, l’hôtellerie, mais aussi le secteur bancaire avec le crowdfunding, ou les restaurants avec VizEat qui permet de réserver un repas chez l’habitant. L’arrivée de Costco, le Cash & Carry américain, en France sera peut-être le début de l’uberisation dans l’alimentaire comme c’est le cas au Japon où les particuliers vont acheter des grandes quantités de produits chez Costco et les revendent au voisinage.

Mais pour autant, les entreprises n’abandonnent pas les points de vente. A titre d’exemple, L’Oréal réalise certes 1.5 milliards d’€ de vente en ligne en 2015 mais en même temps augmente le nombre de points de vente en propre avec ses marques Nyx et Kiehl’s, Amazon Fresh va ouvrir des points de vente aux Etats-Unis et en Angleterre, Auchan comme les autres grands distributeurs développe ses réseaux de proximité en ville, Lindt ouvre des magasins en nom propre à un rythme rapide avec l’objectif d’atteindre 20% des ventes à travers ce canal, Samsung a ouvert à New York un magasin entièrement dédié à l’expérience clients où on ne vend aucun produit.

En fait, les points de ventes ne sont pas voués à la disparition. Leur rôle évolue. Ils restent un maillon important de la stratégie de distribution intégrée qui consiste à mettre en valeur quatre dimensions clé :

1. la proximité clients
2. être présent sur les multi-canaux de distribution,
3. créer des magasins du futur basés sur un concept expérientiel
4. établir le contact direct avec les consommateurs.
 

Sources

BI intelligence report, OFCOM, Google, INSEE, statistiques de l’OCDE et Eurostat sur les taux de diplômés (42% des femmes sont diplômées dans la tranche d’âge 35-44 ans contre 36% des hommes, 26% des femmes de la tranche d’âge 45-54 ans sont diplômées contre 25% des hommes)

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre