Innovation ouverte : le succès du hackathon | KPMG | FR

Innovation ouverte : le succès du hackathon

Innovation ouverte : le succès du hackathon

[Décryptages - Générations]

1000

D'autres actualités sur le site

Qu’ont en commun le pouce levé du « like » de Facebook et la messagerie instantanée de Skype ? Réponse : les deux ont pour origine un hackathon.

Mot-valise construit autour de hack – au sens d’explorer – et du suffixe athon, emprunté à marathon, le terme hackathon fait son apparition en 1999 à l’occasion d’une conférence internationale consacrée au langage informatique Java. Dans le cadre de cette réunion, des équipes de développeurs ont été mises au défi de réaliser en 48 heures une application Java pour le PDA, un ordinateur de poche alors très populaire.

Depuis, on désigne sous le nom de hackathon un processus d’innovation ouverte (open innovation) consistant à faire concevoir et réaliser un projet, en temps limité, par une équipe pluridisciplinaire non spécialisée dans le sujet traité.
Le hackathon est à l’entreprise ce que la « charrette » est aux architectes : une séance de travail presque ininterrompue de deux jours – le plus souvent pendant le week-end – où sous les effets conjugués de la convivialité, de l’urgence, du manque de sommeil et de la consommation de boissons énergisantes, des participants volontaires s’obligent à délivrer un « rendu » à l’issue de la session.

Née dans le monde de la high tech, la pratique du hackathon s’est répandue dans tous les domaines de l’économie et de la vie publique. A la recherche d’idées novatrices, la plupart des grandes entreprises organisent des hackathons réunissant des intervenants d’origines professionnelles et intellectuelles les plus diverses. Le hackathon ne se limite cependant pas au secteur privé : des collectivités publiques, comme les villes de Londres et de Paris, y ont également recours dans le cadre de leurs projets de développement.

Selon une étude de l’Imperial College et de l’université Queen Mary de Londres, les participants aux hakathons sont principalement des hommes bénévoles, âgés de 30 ans en moyenne, à la recherche d’occasions d’enrichir leurs connaissances techniques et de développer leur réseau relationnel.

Du côté des organisateurs, les hackathons permettent de faire éclore des idées neuves à moindres coûts et risques.
Généralement considéré comme une technique efficace de recherche-développement, le hackathon fait cependant débat sur un point : la propriété intellectuelle. Les règlements des hackathons prévoient habituellement que les innovations issues d’un hackathon appartiennent à leurs concepteurs. Mais qu’en est-il lorsque l’innovation est primée à l’issue de la séance de travail ? L’attribution de la prime peut-elle valoir transfert de propriété ? Et comment répartir cette propriété lorsque l’innovation est collective ?

Le phénomène est trop récent pour qu’on dispose d’une jurisprudence. Mais d’aucuns mettent en garde contre les risques de contentieux qui pourraient menacer les projets qui se concrétisent après leur conception dans un hackathon…
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
Accès à tous les articles Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre