Construction immobilière : vers le retour du bois ? | KPMG | FR

Construction immobilière : vers le retour du bois ?

Construction immobilière : vers le retour du bois ?

[Décryptages - Développement durable]

1000

D'autres actualités sur le site

Aux Etats-Unis, 95% des maisons individuelles sont en bois. C’était aussi le cas en France jusqu’à ce qu’à la fin du XIXe siècle les matériaux artificiels prennent le relais. Au cours du XX e siècle, le bois a quasiment disparu de la construction de l’habitat individuel dans l’Hexagone.

Dans le pays qui possède la cinquième plus vaste superficie forestière en Europe, le bois fait paradoxalement l’objet de préjugés : il est réputé fragile, inflammable, déformable et exposé au risque de pourrissement – autant d’inconvénients que ne présentent pas dans l’opinion publique le béton et les matériaux composites. Surtout, les constructeurs français se méfient de la fluctuation de ses performances selon les espèces, au nombre de quelque 50 000 dans le monde !

Les préjugés sont en train de tomber : les experts et les pompiers estiment qu’après traitement le bois est aujourd’hui un matériau solide et résistant, y compris en cas d’incendie. Quant à la diversité des essences, la faiblesse qu’elle a longtemps constituée pourrait devenir prochainement un atout. De nouvelles techniques d’analyse spectrométrique et de modélisation des essences permettent désormais d’établir une fiche d’identité précise des spécifications de chaque lot utilisé. Ainsi, les architectes peuvent choisir les variétés les plus adaptées aux cahiers des charges des bâtiments.
Au-delà de l’habitat individuel, les procédés les plus récents de caractérisation du bois rendent son utilisation possible dans des immeubles collectifs. Le record de hauteur en France est actuellement détenu par un bâtiment de sept étages à Saint-Dié (Vosges). Un autre de quinze étages est en projet à Bordeaux.

A performances équivalentes, les constructions en bois sont légèrement plus chères que celles en béton, mais ce handicap est compensé par la réduction de la durée des chantiers : les techniques d’assemblage modulaire des édifices en bois permettent de les bâtir deux fois plus vite que ceux en béton. Par ailleurs, le bilan carbone est moins lourd dans les édifices en bois que dans ceux en béton. Voilà qui constitue un avantage supplémentaire à la veille de la prise en compte, à partir de 2020, du rejet de CO2 dans l’immobilier.

Le bois n’est actuellement utilisé en France que dans 10% des programmes de construction, un niveau qui n’a pas progressé au cours des dernières années. Grâce à ses nouveaux atouts, il pourrait voir sa part de marché progresser à l’avenir.
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
Accès à tous les articles Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre