La Californie : un paradoxe économique | KPMG | FR

La Californie : un paradoxe économique

La Californie : un paradoxe économique

[Décryptages - International]

1000

D'autres actualités sur le site

En 2010, au lendemain de la crise des subprimes, l’économie californienne est en récession, le taux de chômage atteint 12% – soit 2% de plus que la moyenne américaine –, le budget de l’Etat est lourdement déficitaire, on évoque un risque de défaut de paiement. D’aucuns ironisent sur la « Grèce des Etats-Unis » que serait devenue la Californie.

Six ans plus tard, le « Golden State » ne compte plus que 4% de sans-emplois, un peu moins qu’au niveau national, la croissance annuelle s’élève à 4,1%, près de deux fois celle de l’ensemble des Etats-Unis, et ses finances publiques n’inspirent plus d’inquiétude.

Ce résultat spectaculaire est le fruit d’une politique économique non conventionnelle. D’un côté, la Californie a, comme la plupart des autres Etats américains, fortement réduit le nombre de ses fonctionnaires et le montant de ses investissements collectifs. Mais contrairement aux autres, elle s’est concomitamment abstenue de diminuer la part de l’impôt local sur le revenu. Dans les tranches supérieures de rémunération, une retenue de 11% vient ainsi en Californie s’ajouter aux 35% prélevés par le budget fédéral, portant le taux marginal de l’impôt sur le revenu à 46%, un niveau parmi les plus hauts outre-Atlantique.

La combinaison d’une réduction de la dépense publique et du maintien d’une fiscalité élevée a donné des résultats décevants dans la plupart des pays qui en ont fait le choix. Pourquoi a-t-elle connu le succès en Californie ?

Les économistes s’accordent à attribuer cette performance à la part, estimée à quelque 15%, des industries technologiques dans le PIB de l’Etat. Très concentrée géographiquement – la Silicon Valley en constitue les 2/3 – et entraînant derrière elle nombre d’activités de service et de financement, la high tech fait fonction de poumon de l’économie californienne. Quand elle est essoufflée, l’ensemble de la vie économique s’effondre : on l’a constaté en 2000 lors de l’éclatement de la bulle internet puis au lendemain de la crise de 2008. Quand la high-tech rebondit, elle catalyse à l’inverse très vite le reste de l’économie.

En Californie c’est de l’innovation, plus que de la consommation ou de l’investissement, que provient la relance. Or la fiscalité a peu d’impact sur les cycles de l’innovation. Même avec des taux d’imposition élevés, l’économie se redresse dès que l’innovation progresse. De là ce paradoxe d’une économie californienne florissante, dont la valeur ajoutée annuelle vient de dépasser le PIB français, alors même que son taux de prélèvement fiscal est l’un des plus lourds des Etats-Unis !
 

Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.
Accès à tous les articles Décryptages

Une rubrique ouverte sur le monde

Digest d'articles publiés en France et à l'International, sous un angle original et sous la forme d'une synthèse enrichie de chiffres et d'éléments d'actualité dans cinq domaines : Développement durable - Entreprises & Economie - International - Générations - Mot à mot.

Nous contacter

 

Besoin de nos services ?

 

Soumettre