Communiqué de presse: Swiss Real Estate Sentiment Index | KPMG | CH
close
Share with your friends

Les acteurs du marché tablent sur une fin de la course folle des prix

Communiqué de presse: Swiss Real Estate Sentiment Index

Les attentes de prix par les acteurs sur le marché suisse des placements immobiliers ont nettement baissé. Près de la moitié des participants au sondage du Swiss Real Estate Sentiment Index recensé chaque année par KPMG Suisse tablent, pour les douze prochains mois, sur une stagnation des prix. Environ un quart d’entre eux comptent sur une baisse des prix. A l’exception des biens immobiliers spéciaux, un recul des prix est attendu pour tous les segments de placement commerciaux.

1000

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

Dans le cadre du Swiss Real Estate Sentiment Index (sresi), KPMG a déjà interrogé pour la sixième fois consécutive des investisseurs et évaluateurs sur le marché suisse des placements immobiliers. Le sresi agrégé atteint, pour tous les groupes de participants, 15,2 points indiciels (pts). Cela correspond à une détérioration de 44% (-11,9 pts) par rapport à l’année précédente.

Perspectives économiques positives

Avec 10,3 pts contre 39,1 pts l’année précédente, l’indice d’attentes de prix a nettement baissé, mais il se situe encore au-dessus des valeurs négatives de 2013 et 2014. Cet indice mesure l’attente des participants au sondage concernant l’évolution des prix sur le marché des placements immobiliers pour les douze prochains mois. Les sondés s’attendent donc à une fin de la course folle des prix sur le marché des placements immobiliers. 

L’évaluation de l’évolution de la situation macroéconomique est, avec 34,6 pts, nettement plus optimiste qu’elle ne l’était encore l’année dernière (-20,9 pts) et se situe ainsi de nouveau, après deux années négatives, dans la zone positive.

L’écart de prix se creuse à nouveau entre les qualités d’emplacement

L’écart entre les différentes qualités d’emplacement s’est encore creusé en 2017. Alors que l’indice des prix pour les emplacements centraux a reculé de -18,5 pts à 65,5 pts et celui des centres moyens de -19,4 pts à une nouvelle valeur négative de -5,7 pts, les emplacements périphériques présentent, avec une réduction de 37% à -97,8 pts, le recul de l’indice le plus marquant par rapport à l’année précédente.

L’indice d’attentes de prix pour les immeubles d’habitation a baissé de -34,8 pts et atteint, avec 36,0 pts – après le record de 70,8 pts l’année précédente –, le niveau le plus bas depuis le début du recensement, en 2012. 46% des sondés tablent sur une hausse des prix.

Dans le domaine des immeubles commerciaux, l’indice d’attentes de prix est négatif depuis le début de l’étude et présente une tendance baissière. Dans le sondage actuel, il a atteint, avec -111,7 pts (2016: -100,6 pts), le niveau le plus bas de son histoire. Les chiffres de vente en régression dans le commerce stationnaire se répercutent sur les évaluations des participants au sondage. Pour les autres segments d’utilisation commerciale, des évolutions similaires à celles de l’année précédente sont attendues.

Les attentes de prix pour les emplacements centraux se reflètent aussi dans la ventilation par centres économiques. Pour six des huit centres économiques, des prix en hausse sont pronostiqués. A l’exception de Lugano et Saint-Gall, les participants au sondage tablent, comme c’était déjà le cas l’année dernière, sur une augmentation des prix dans tous les centres économiques.  

Les réglementations, les taux d’intérêt et les valeurs en baisse sont perçus comme des risques

Dans la comparaison des cinq dernières années, la perception générale des risques se situe en 2017 au niveau le plus bas. L’influence possible des risques d’intérêt et de la baisse des valeurs immobilières, en revanche, est perçue comme un risque plus aigu que l’année précédente. Mais les participants au sondage considèrent que c’est le renforcement des réglementations qui constitue le plus grand risque. 53% d’entre eux s’attendent, pour les douze prochains mois, à une augmentation du risque de marché.

42% des investisseurs interrogés sont disposés à contracter des risques au moins partiellement plus élevés pour leurs investissements immobiliers dans les 12 prochains mois (année précédente: 36%).

91% des sondés s’attendent à une baisse des besoins en superficie pour les surfaces de vente. 70% d’entre eux partent du principe que le besoin en surfaces de vente va encore diminuer en raison du changement technologique, et 21% tablent même sur un fort recul.

Méthodologie

Le KPMG Swiss Real Estate Sentiment Index (sresi) sert d’indicateur précoce pour les évolutions attendues sur le marché suisse des placements immobiliers. L’indice principal est généré sur la base de l’évaluation de l’évolution économique et de l’évolution des prix sur le marché des placements immobiliers. Les sous-indices reflètent les évaluations des acteurs de marché pour certains segments de marché et d’utilisation. Le recensement des données a eu lieu pour la première fois en 2012 et est perpétué chaque année pour la génération de l’indice, ce qui permet de comparer les estimations du marché sur la durée. Ce sondage est complété par des investisseurs et des évaluateurs du marché suisse des placements immobiliers. Celui-ci recense en outre des informations sur un thème d’intérêt actuel pour la branche. Cette année a été consacrée à l’analyse des changements structurels sur le marché suisse de l’emploi et aux conséquences prévisibles pour le marché immobilier.

© 2018 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre