Communiqué de presse: KPMG Forensic Fraud Barometer | KPMG | CH

La criminalité économique cause des dommages de plusieurs milliards en Suisse

Communiqué de presse: KPMG Forensic Fraud Barometer

Le récent «KPMG Forensic Fraud Barometer» révèle qu’en 2016, 57 cas de criminalité économique ont été jugés par des tribunaux suisses. Leur nombre est nettement inférieur à celui de l’année précédente, mais le préjudice total s’élève à plus de CHF 1,4 milliard, soit le record absolu depuis le recensement des données par KPMG. La somme moyenne des pertes infligées aux investisseurs a été de CHF 165 millions, celle subie par l’Etat de CHF 13 millions.

1000

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

L’année dernière, 57 cas de criminalité économique ont causé en Suisse un dommage de CHF 1,4 milliard. C’est ce que révèle l’actuel «KPMG Forensic Fraud Barometer», qui analyse chaque année les cas juridiques traités en audience publique et publiés dans les médias. Le volume des dommages est particulièrement élevé par rapport à 2015 puisqu’il a grimpé de CHF 280 millions à CHF 1,4 milliard. Ce pic historique s’explique essentiellement par un cas de criminalité économique responsable à lui seul d’un préjudice de CHF 800 millions ainsi que par trois délits d’un volume de plus de CHF 125 millions chacun.

Le secteur public et les investisseurs sont les plus fortement touchés

En 2016, les investisseurs (privés et institutionnels) ont constitué le groupe de lésés le plus fortement touché. Au sein de cette catégorie, le préjudice total s’est élevé à quelque CHF 1,16 milliard, et l’on a recensé en outre, avec CHF 165 millions, la plus haute moyenne au niveau de la somme des dommages. Les délinquants étaient souvent des conseillers en placement indépendants et des négociants en devises.

Le secteur public, qui a subi des pertes de quelque CHF 159 millions au total, se place au deuxième rang des victimes. Néanmoins, la somme moyenne des dommages est, avec CHF 13 millions, relativement basse. L’année précédente, la criminalité économique a touché surtout les particuliers et les organisations non commerciales.

Le risque majeur émane des cadres dirigeants

L’année passée, la fraude commerciale ou la simple escroquerie ont compté parmi les délits les plus fréquents dans le domaine de la criminalité économique. Les auteurs des délits ont souvent trouvé leur motivation dans le financement d’un style de vie sophistiqué (13 cas) ou dans la prévention d’une faillite de leur propre entreprise (7 cas).

Compte tenu de leur fonction interne et de leur marge de manœuvre au sein de l’entreprise, les cadres dirigeants constituent le plus gros risque dans la criminalité économique: dans 58% des délits, le management a été seul responsable des faits et dans 21% des cas, des employés ont été également impliqués.

«Ces chiffres actuels montrent que la criminalité économique et en particulier les groupes d’auteurs internes de l’entreprise, surtout les cadres, peuvent causer d’immenses dommages. Par conséquent, un travail de prévention actif serait très important au sein des organisations», c’est ainsi que Philippe Fleury, responsable Forensic de KPMG Suisse, commente les résultats.

Exemple 1: système de boule de neige

A l’issue d’une préparation d’env. 12 ans, le délit de fraude le plus important dans l’histoire contemporaine de la Suisse a été jugé en septembre 2016 au tribunal pénal fédéral de Bellinzona. Quelque 2000 personnes avaient été lésées par cette escroquerie professionnelle au placement, appelée «système de boule de neige».

Exemple 2: détournement

Dans un autre cas, le président du conseil d’administration, l’ancien directeur ainsi qu’un conseiller à la clientèle de la banque dépositaire d’une société d’investissement ont détourné quelque CHF 170 millions. 2500 clients ont été lésés.

Méthodologie

Le «KPMG Forensic Fraud Barometer» repose sur des cas de crimes économiques qui ont été jugés par un tribunal pénal suisse durant l’année sous revue, qui impliquaient des pertes s’élevant au moins à CHF 50 000 et qui ont été publiés dans les grands journaux quotidiens et hebdomadaires de Suisse.

© 2017 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre