Site suisse: la confiance prédomine après le choc du franc

Communiqué de presse: Etude de restructuration KPMG

Dans l’ensemble, les entreprises suisses se sont bien adaptées à la force du franc et contemplent à nouveau l’avenir avec confiance. Elles restent néanmoins préoccupées par la relation incertaine entre la Suisse et l’Union européenne ainsi que par la pression exercée sur les prix en Suisse et à l’étranger. C’est ce que révèle, entre autres, l’actuelle étude de restructuration de KPMG Suisse.

1000

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

Dans la deuxième édition de l’étude de restructuration de KPMG, les entreprises interrogées ont évalué l’évolution de la compétitivité du site économique suisse de façon nettement plus positive qu’il y a encore un an. Certes, près d’un quart d’entre elles constatent toujours une évolution négative, mais cela correspond à un recul de plus de la moitié par rapport à l’année dernière.

L’évaluation de la marche actuelle des affaires des entreprises a peu changé depuis l’année dernière. La part d’évaluations négatives et positives se maintient à peu près à égalité. Une nette différence est à constater dans l’évaluation en fonction de la taille des entreprises. Tandis que les grandes entreprises portaient un jugement beaucoup plus négatif sur la situation commerciale en 2015, il ne semble plus y avoir de rapport, dorénavant, entre l’évaluation de la marche des affaires et la taille de l’entreprise.

Augmentation des restructurations

Les activités de restructuration ont fortement augmenté par rapport à l’année dernière. Alors qu’environ la moitié des entreprises planifiaient ou effectuaient déjà une restructuration en 2015, ce pourcentage s’est accru à quelque 70% dans l’étude de cette année. Pratiquement toutes les restructurations concernent l’organisation, les processus ou le modèle d’exploitation. Dans ce contexte, près de la moitié des entreprises examinent aussi la stratégie, et un quart d’entre elles effectuent une restructuration financière.

Comme on pouvait s’y attendre, il existe un lien évident entre les activités de restructuration d’une entreprise et sa situation commerciale. Ainsi, 90% des entreprises qui considèrent leur situation commerciale comme mauvaise procèdent à une restructuration. Les 10% restants planifient une telle restructuration.

La pression sur les prix et la question de l’Europe comme épée de Damoclès

Dans notre pays également, la pression sur les prix en Suisse (61%) et à l’étranger (75%) figure en tête de liste des défis, mais les entreprises suisses s’inquiètent aussi encore du rapport entre la Suisse et l’Union européenne. Aujourd’hui comme hier, 65% des sondés (2015: 73%) craignent qu’une résiliation des accords bilatéraux ait des incidences négatives, voire qu’elle fasse peser une menace existentielle.

L’implantation de nouveaux domaines d’activités constitue la mesure stratégique la plus fréquemment mise en œuvre, suivie par l’adaptation du portefeuille de produits ou de la promesse de prestations. Suivent alors les thèmes de la promotion des innovations, la focalisation sur les nouveaux segments de clientèle et l’expansion sur de nouveaux marchés. Une grande partie des entreprises engagent des mesures visant à un contrôle et à une baisse des coûts. Suite à la suppression du cours plancher en janvier 2015, quasiment une entreprise sur deux avait introduit des mesures de personnel temporaires et à court terme, comme par exemple la semaine de 44 heures, le chômage partiel ou des réductions des bonus. Ces mesures ont toutefois été supprimées en majeure partie dans le courant de l’année.

«Les résultats du sondage de cette année peuvent être interprétés comme un optimisme modéré, qui atteste de la haute adaptabilité des entreprises suisses ainsi que de la forte compétitivité du site économique suisse. Néanmoins, certaines branches et entreprises restent fortement sous pression», résume Peter Dauwalder, responsable Restructuring chez KPMG Suisse.

Etude de restructuration KPMG 2016

Au total, 81 entreprises ont participé à la deuxième édition de l’étude de restructuration:
 

Par branches:
Industrie, fabrication et technologie: 35%
Services et commerce: 32%
Energie: 19%
Biens de consommation et commerce de détail: 14%


Par EPT:
Pour 40% des entreprises, il s’agit de petites et moyennes entreprises (PME) qui recensent jusqu’à
249 équivalents plein temps (EPT). 60% des entreprises sondées sont de grandes entreprises avec
250 EPT ou plus.


Par chiffre d’affaires:
26% des entreprises ont réalisé en 2015 moins de CHF 25 mio. de chiffre d’affaires, 18% entre
CHF 25 et 50 mio., 36% entre CHF 50 et 250 mio. et 20% plus de CHF 250 mio.

Restructuring Study 2016 – Business in Switzerland still under pressure

Restructuring Study 2016 – Business in Switzerland still under pressure

The current KPMG Restructuring Study examines the state and development Switzerland as a business location.

© 2017 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre

Marketplace de KPMG

Trouvez les bonnes personnes – immédiatement. Accédez directement à des professionnels hautement qualifiés.