7 champs d’innovation de l’avenir numérique

Communiqué de presse: 7 champs d’innovation

Si l’économie suisse veut se positionner pour l’avenir numérique et garantir à long terme sa compétitivité, elle doit saisir les forces disruptives comme une chance. Dans le livre blanc «Shaping Switzerland’s digital future», KPMG se penche sur l’avenir et esquisse des champs d’innovation possibles pour la Suisse.

1000

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

Il y a des années que la numérisation a débuté sa marche triomphale en tant que «4e révolution industrielle». Toutefois, le cœur de cette évolution est enraciné dans la Silicon Valley. Pour l’économie suisse, cela s’avère désavantageux dans la mesure où elle ne peut plus décider en toute autonomie des principaux développements, de sa future contribution à la valeur ajoutée et, au bout du compte, de l’attrait de sa place économique. Par conséquent, la Suisse doit, dans les prochaines années, apprendre à affronter les forces disruptives et à en tirer profit de manière ciblée. Elle peut s’appuyer ce faisant sur ses points forts, mais doit aussi conquérir d’importants champs d’action.

Font partie des forces disruptives:

  • La lutte pour le client: compte tenu de l’évolution démographique, des changements de comportement et des nouvelles attentes, les entreprises doivent axer leurs activités encore plus fortement sur les clients.
  • L’économie mobile: les appareils performants et à faible coût, reliés entre eux par des raccordements de téléphonie mobile high-speed et WLAN, par des applis ainsi que par le Cloud Computing, rendront l’économie plus mobile.
  • L’Internet des objets: des capteurs interconnectés dans les machines et autres objets physiques surveillent, collectent et transmettent des données entre eux.
  • Numérisation du travail: les professions qui reposent sur des connaissances et un savoir-faire spécifiques seront révolutionnées par les systèmes cognitifs, l’intelligence artificielle et, au moyen de l’automatisation de processus, les robots logiciels.
  • Modèles commerciaux sur plateforme: les places de marché et les enchères numériques bouleverseront les modèles commerciaux de diverses branches, simplifieront la communication entre les partenaires commerciaux, réduiront les frais de transaction et optimiseront la mise en œuvre de ressources et de capacités.


Grâce aux forces établies de la place économique, la Suisse pourra affronter avec succès ces forces disruptives. Au rang de ces forces figurent la stabilité politique, la démocratie directe, les strictes dispositions relatives à la protection des données, la société moderne et technophile, la sécurité juridique, le système fiscal compétitif, la main-d’œuvre hautement qualifiée, les lois du travail flexibles, le niveau de vie élevé ainsi que les universités et activités de premier plan dans la recherche et le développement.

Toutefois, pour pouvoir affirmer son attrait en tant que place économique, la Suisse va aussi devoir travailler à ses faiblesses. Il est alors question de coûts salariaux élevés, de politique d’immigration incertaine en lien avec la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse ainsi que de conditions fiscales encore trop défavorables aux start-up et de la prudence proverbiale des Suisses.

7 champs d’innovation pour un avenir numérique prometteur de la Suisse

KPMG a identifié 7 champs d’innovation offrant à la Suisse des chances considérables:

  1. Atelier numérique
    L’économie numérique mondiale va générer une chaîne de création de valeur totalement nouvelle. Les délocalisations vers les pays à bas salaires devraient perdre de leur attrait, car les compétences dans les domaines technologiques, comme par exemple l’analyse de données, seront davantage demandées. La Suisse dispose d’excellentes bases pour devenir un atelier numérique pour l’économie mondiale, telles qu’une infrastructure bien aménagée ainsi qu’un haut niveau de stabilité, de sécurité juridique et de protection des données. Mais elle doit investir encore plus dans la formation universitaire et la recherche.
  2. Agent fiduciaire de données du monde
    Les données sont la monnaie de l’ère numérique. La Suisse jouit, à l’international, d’une bonne réputation en tant que partenaire fiable et digne de confiance. De nombreux centres de données et autres infrastructures sont déjà implantés dans notre pays. Pour que la Suisse puisse se positionner à l’avenir également en tant qu’agent fiduciaire de données fiable, la politique doit créer le bon cadre et trouver l’équilibre nécessaire entre protection des données et utilisation des données aussi ouverte que possible.
  3. Fintech Valley
    La Suisse a l’étoffe d’un leader dans le domaine des services financiers numériques, avec une expérience de longue date dans le secteur bancaire et des assurances, combinée à de l’expertise technologique. Actuellement, les développements réalisés dans le domaine des fintech se concentrent néanmoins exagérément sur le petit marché domestique et ne sont pas assez fortement perçus au niveau international. Les coûts salariaux élevés et, partant, la productivité réduite se soldent en outre par une faible compétitivité.
  4. Des commandes industrielles solides
    L’industrie interconnectée 4.0 repose sur des systèmes de contrôle et des mécanismes de défense fonctionnels. Sans ces systèmes de sécurité, nous serions exposés à des dérangements et même à des catastrophes dans le monde réel, venant par exemple de cyber-attaques sur des infrastructures critiques comme les centrales nucléaires. L’énorme savoir-faire investi dans le domaine de la cyber-sécurité figure d’ores et déjà parmi les meilleurs au monde. Il s’agit maintenant de mettre les bons accents libéraux dans la politique de formation et de migration afin d’éviter une pénurie de personnel qualifié dans l’ingénierie.
  5. La robotique dans le système de santé
    Le progrès technique dans la robotique ainsi que le vieillissement croissant de notre société sont deux évolutions actuelles parallèles. Cette démographie mène à des coûts de santé accrus, mais ceux-ci pourraient être réduits à l’avenir par le recours croissant à des robots dans les hôpitaux et les établissements de soins. La Suisse dispose d’une excellente recherche en matière de robotique, par exemple au niveau des EPF de Zurich et Lausanne. Leur force d’innovation doit maintenant être transférée avec succès dans ce marché d’avenir.
  6. La Suisse, pépinière de grandes idées
    La créativité humaine, la médiation entre les parties et la recherche de solutions constructives aux problèmes seront encore demandées dans l’avenir numérique, probablement même plus que jamais. La Suisse accueille dès aujourd’hui différentes organisations et manifestations internationales comme l’ONU et le WEF. Pour pouvoir encore développer sa position de plateforme neutre et créative, et ce également dans des conditions modifiées, la Suisse doit continuer d’entretenir activement l’échange international entre l’économie, la politique et la science.
  7. Une démocratie directe à exporter
    A l’ère des médias sociaux participatifs, le système fédéral est plus d’actualité que jamais. La Suisse pourrait, avec la «Democracy as a Service» (DaaS), servir d’exemple à d’autres pays et proposer son modèle de succès comme article d’exportation – notamment en combinaison avec les nouvelles technologies. Pour ce faire, la Suisse doit néanmoins tout d’abord, pour des raisons de crédibilité, progresser dans le domaine de l’e-Government propre et de l’introduction d’une identité numérique nationale.

              Plus d’innovation, une culture entrepreneuriale positive, une réglementation pragmatique

              De sorte que la place économique suisse soit bien positionnée pour relever ce défi, l’économie, la politique et la société doivent agir dès aujourd’hui et placer des accents ciblés. La formation, l’esprit d’entreprise et le contexte réglementaire sont ici essentiels. Dans la formation, il y a lieu de promouvoir à tous les niveaux la prise de conscience numérique. Durant cette phase de bouleversement en particulier, il est nécessaire d’avoir un climat social et entrepreneurial capable d’essuyer les revers et de mettre en valeur les aspects positifs de la numérisation pour la population. Par ailleurs, il convient de créer un environnement réglementaire qui relève les défis actuels avec le plus de pragmatisme possible et permette de saisir les chances.

              Whitepaper - Shaping Switzerland's digital future

              Whitepaper - Shaping Switzerland's digital future

              7 champs d’innovation pour un avenir numérique.

              © 2017 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

              Contactez-nous

               

              Besoin de nos services?

               

              Soumettre

              Marketplace de KPMG

              Trouvez les bonnes personnes – immédiatement. Accédez directement à des professionnels hautement qualifiés.