La réglementation, une chance pour les banques privées suisses

La réglementation, une chance pour les banques privées

Ces dernières années, une pression accrue s’exerce sur les banques privées suisses en raison de dispositions internationales supplémentaires et d’exigences fiscales émanant de l’étranger. L’évolution montre que la régulation transnationale est devenue réalité pour les banques privées axées sur l’exportation. L’étude relative aux banques privées réalisée cette année par KPMG et l’Université de Saint-Gall (HSG) démontre que malgré cette réglementation, ou précisément en raison de celle-ci, la branche pourra à l’avenir maintenir le cap du succès.

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

La récente étude sur les banques privées de KPMG et de l’Institut de gestion d’entreprise de l’Université de Saint-Gall (HSG) «The Future of Swiss Private Banking – Turning Regulation into Value» analyse les grands défis en partie existentiels des banques privées suisses. La question est ici de savoir comment les réglementations transnationales peuvent être utilisées comme une chance pour les banques et leurs clients. La mise en œuvre doit s’orienter sur une approche basée sur des principes. «Nous sommes convaincus qu’il est possible de réaliser une valeur ajoutée au niveau opérationnel. La standardisation y contribuera, en particulier dans les thèmes du Big Data et de la numérisation», affirme Philipp Rickert, responsable Financial Services et membre de la Direction de KPMG Suisse. «De plus, du fait de l’automatisation des processus, la qualité du traitement sera meilleure et plus efficiente, ce qui aura un effet positif sur les prestations pour les clients.» Les données obtenues fournissent une base intéressante pour déterminer le comportement du client, ses souhaits et ses besoins. «Pour ces raisons, la mise en œuvre de réglementations transnationales ne peut être considérée comme une simple option. Elle revêt au contraire une importance centrale pour un modèle de private banking suisse durable et prospère», poursuit Philipp Rickert.

Une attitude tout à fait positive des banques privées

L’étude sur les banques privées met en lumière les aspects qui seront décisifs, dans un proche avenir, pour le succès du private banking et indique en même temps le besoin d’action qui y est lié. Ci-après, un aperçu des principaux enseignements tirés de cette étude:

  • Neuf personnes interrogées sur dix pensent que la mise en œuvre de réglementations transnationales améliorera la réputation de la place financière suisse et favorisera sa reconnaissance en tant que place financière «propre». Pourtant, seuls 26% des sondés estiment que les banques privées suisses auront plus de chance, dans le cadre d’une réglementation homogène au niveau mondial, de se démarquer de leurs concurrents sur le plan international.
  • 73% des sondés sont d’avis que la mise en œuvre devrait se faire selon une approche différenciée et basée sur des principes. La politique, les autorités de réglementation et les banques devraient s’intégrer précocement et activement dans le processus de réglementation transnational afin de promouvoir la compétitivité du secteur des banques privées.
  • 66% des personnes interrogées partent du principe que la réglementation créera plus de transparence pour les clients et qu’elle les soutiendra dans le choix et l’évaluation de prestations.
  • 84% supposent que l’offre de prestations sera plus complète et inclura également les activités non courantes pour une banque. Le modèle d’affaires existant doit être examiné de façon critique et être adapté le cas échéant.
  • 90% des personnes sondées sont d’avis que de plus grandes quantités de données permettront une segmentation de la clientèle dynamique et beaucoup plus différenciée, de sorte que les souhaits et les besoins des clients seront mieux compris. Davantage d’informations sur le client seront nécessaires pour garantir le respect des futures réglementations, comme p ex. la LSFin.
  • Un sondé sur quatre seulement utilise fréquemment des appareils électroniques pendant des entretiens conseil avec les clients. Les conseillers à la clientèle de l’avenir devront être formés et équipés techniquement pour ce rôle adapté.
  • 58% pensent que les banques peuvent apprendre auprès d’autres branches la façon dont les processus et les voies de distribution efficients doivent être conçus pour réduire les coûts. L’automatisation, la standardisation et la numérisation sont des outils permettant de garantir un équilibre entre les exigences réglementaires, les attentes des clients et des processus opérationnels de haute qualité.
  • 77% sont d’avis qu’à l’avenir, la communication entre le client et le conseiller à la clientèle sera plus fréquente et plus complète en raison de la numérisation. Parmi les multiples canaux de communication possibles, il convient de mettre individuellement à la disposition des clients ceux qui sont demandés.

Les défis de la place bancaire suisse sont connus. L’accès aux clients étrangers est vital. Les modèles d’affaires doivent être renforcés et focalisés sur les marchés, les produits et les segments clés. La technologie jouera un rôle central pour garantir l’efficience et la fourniture de services de haute qualité. Il revient aux banques de placer à nouveau leurs clients au centre du système, de les conseiller en fonction de leurs souhaits et de leurs besoins et de les servir avec transparence, éthique et engagement. Les clients sont prêts à payer pour de bonnes prestations, mais veulent en contrepartie une relation clientèle de la plus haute qualité. La Suisse restera à l’avenir une place financière attrayante, et ce également en raison de sa stabilité, de son professionnalisme et de la qualité de ses prestations.

Méthodologie

L’étude «Future of Swiss Private Banking – Turning Regulation into Value» a été élaborée dans le cadre d’une collaboration entre KPMG et l’Institut de gestion d’entreprise de l’Université de Saint-Gall (HSG). Elle repose sur une combinaison d’entretiens et d’un sondage en ligne et porte sur quelque 50 banques. Les deux grandes banques suisses n’ont pas été intégrées dans l’étude.

The Future of Swiss Private Banking: Turning regulation into value

The Future of Swiss Private Banking: Turning regulation into value

“The Future of Swiss Private Banking: Turning regulation into value” demonstrates how the industry can remain successful despite regulations.

© 2016 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre

Marketplace de KPMG

Trouvez les bonnes personnes – immédiatement. Accédez directement à des professionnels hautement qualifiés.