La cybercriminalité a le vent en poupe en Suisse

La cybercriminalité a le vent en poupe en Suisse

En Suisse, la criminalité économique a fortement augmenté – mesurée au nombre de cas – par rapport à l’année précédente. Le volume de dommages, qui a atteint au total 537,2 millions de francs suisses, se situait néanmoins en dessous de celui de l’année précédente. Les instituts financiers ont été particulièrement touchés. La cybercriminalité a nettement augmenté. C’est ce que révèle la dernière édition du «KPMG Forensic Fraud Barometer».

Contact pour les médias

Head of Media Relations

KPMG Suisse

Contact

Related Content

En 2014, KPMG a recensé en Suisse 77 cas de criminalité économique. Le nombre de cas recensés a augmenté de 32,7% par rapport à l’année précédente. Le volume de dommages a toutefois baissé de 35,3% et se chiffrait en 2014 à 537,2 millions de francs suisses. Le volume de dommages plus élevé de 2013 était dû à quatre cas cumulant chacun un volume de plus de 125 millions de francs. Par rapport à 2012, le volume de dommages a augmenté de 8% en 2014. Comme l’année précédente, le détournement était, avec 20 cas, le délit le plus fréquemment enregistré en 2014. Les biens obtenus par voie criminelle étaient souvent utilisés pour le financement d’un style de vie coûteux ou d’un comportement addictif, en particulier de toxicomanie ou de dépendance au jeu.

Plusieurs cas de cybercriminalité

Dans le cadre du «KPMG Forensic Fraud Barometer», sept cas de cybercriminalité ont été recensés en 2014. Le dommage total s’élève à 200,5 millions de francs suisses. Dans quatre cas, il s’agissait d’une fraude en ligne. Des biens de haute valeur et faciles à écouler – comme les téléphones mobiles de marques connues – ont souvent été proposés sur des plates-formes en ligne sans que la marchandise n’aie jamais changé de propriétaire. Dans un autre cas de cybercriminalité, un ancien collaborateur IT d’une entreprise d’électro-installation disposait encore d’un accès externe au serveur de l’entreprise après la fin de son rapport de travail. Il se vengea envers son ancien employeur en manipulant, entre autres, le calendrier Outlook. Le dommage causé s’est élevé à 100 000.– francs suisses. Dans un autre cas, quatre hommes ont accédé à des données de cartes de crédit sur des portails Internet. Ils les ont utilisées par la suite pour le financement d’un style de vie onéreux,  causant un dommage de 78 000.– francs suisses.

Zurich a le plus haut taux de criminalité économique

Comme les années précédentes, la plupart des cas de criminalité économique ont été enregistrés en 2014 dans la région de Zurich. Le volume moyen des dommages était, avec 13,8 millions de francs suisses, le plus élevé de toutes les régions. Le volume de dommages par cas s’élevait au Tessin, qui se range à la 2e place, à 6,7 millions de francs suisses, soit la moitié. De plus, c’est aussi à Zurich qu’a été recensé le cas ayant causé le volume de dommages le plus élevé. Le nombre et le volume de la criminalité économique ont également augmenté dans la Suisse du nord-ouest. En 2014, en revanche, le volume de dommages a baissé en Suisse centrale, en Suisse orientale et dans la région du Lac Léman.

Les instituts financiers et les investisseurs sont les plus fréquemment concernés

En 2014, les instituts financiers étaient le groupe de victimes les plus fortement touchées. Le volume de dommages s’est élevé à 323,3 millions de francs. De plus, les instituts financiers ont fait état, avec 18 millions de francs suisses, du volume de dommages moyen le plus élevé par cas. Les investisseurs occupent la deuxième place, avec un volume de dommages de 137 millions de francs suisses. Le dommage moyen était toutefois, avec 12,4 millions de francs suisses, nettement plus bas.

Les managers causent des dommages de 9,3 millions de francs suisses en moyenne

Si l’on corrige la statistique en écartant le cas de criminalité économique le plus important, avec un volume de 200 millions de francs suisses – qui est à attribuer à la criminalité organisée –, il s’avère que des cadres insuffisamment contrôlés représentent toujours dans l’entreprise un gros potentiel de risque en raison de leur position privilégiée. Pour les 18 cas dans lesquels les auteurs des délits étaient issus du Management, un dommage moyen de 9,3 millions de francs suisses a été causé. En revanche, pour les 12 cas imputables à des employés, le volume de dommages moyen n’était que de 1,9 million de francs suisses.

Criminalité économique par région / répartition géographique

Criminalité économique par groupes d’auteurs

Criminalité économique par groupes de victimes

Méthodologie

Le «KPMG Forensic Fraud Barometer» repose sur des cas de criminalité économique avec des dommages d’un montant d’au moins CHF 50 000 qui ont été classés par un tribunal pénal suisse durant l’année sous revue et dont la presse écrite suisse a fait état.

Forensic Fraud Barometer 2014

News

Nouvelle augmentation des cas de criminalité économique

Le nombre de gros cas de criminalité économique a augmenté en comparaison annuelle.

© 2016 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre

Marketplace de KPMG

Trouvez les bonnes personnes – immédiatement. Accédez directement à des professionnels hautement qualifiés.