«Les CEO se fient de plus en plus à leur intuition» | KPMG | CH
close
Share with your friends

«Les CEO se fient de plus en plus à leur intuition»

«Les CEO se fient de plus en plus à leur intuition»

Dans le cadre d’une étude internationale multisectorielle, KPMG a interrogé plus de 1300 CEO sur leurs perspectives de croissance à moyen et long termes, leur attitude face à la numérisation et la volatilité géopolitique ainsi que sur l’importance des alliances stratégiques. Dans l’interview, Stefan Pfister, CEO KPMG Suisse, parle des principaux enseignements tirés du CEO Outlook 2018 de KPMG.

1000

Related Content

“CEOs are more frequently going with their gut feeling”

À quels défis les entreprises sont-elles confrontées à moyen terme?

Les volatilités géopolitiques et les tendances correspondantes à la renationalisation, les évolutions démographiques fondamentales ainsi que l’augmentation des cyber-risques constituent les plus grands défis que les entreprises doivent relever à moyen terme. Dans le CEO Outlook de KPMG, les leaders d’entreprise se montrent dans l’ensemble réalistes et, partant, pragmatiques.

Comment s’expriment ce réalisme et ce pragmatisme?

Ils s’expriment par exemple dans les attentes de croissance des CEO: 56% des CEO interrogés tablent pour l’année en cours sur une croissance modérée du chiffre d’affaires qui ne devrait pas dépasser les 2%. 52% d’entre eux renoncent à de nouvelles prévisions de croissance et à une augmentation correspondante du personnel pour l’année en cours tant que les objectifs de croissance définis au préalable n’auront pas encore été atteints. Un tiers des sondés voient dans les alliances stratégiques le principal moteur de croissance pour les trois prochaines années. Moins d’un tiers (28%) croient à la croissance organique. Et seulement 16% des CEO visent une croissance inorganique par le biais d’acquisitions et de fusions.

Pourquoi une entreprise devrait-elle conclure un partenariat?

À l’ère de la numérisation en particulier, les alliances stratégiques gagnent en importance. Près des deux tiers des CEO sont d’avis que leur propre entreprise doit être plus agile si elle compte réussir sa transformation numérique et assurer sa future croissance. Plus de la moitié sont convaincus qu’une plus grande agilité de l’entreprise ne peut être atteinte qu’au moyen de partenariats avec des tiers.

Vous avez mentionné les volatilités géopolitiques comme l’un des plus grands défis pour les entreprises. Qu’entendez-vous par là?

Cela se passe à différents niveaux. Cumulées à la transformation numérique et à l’augmentation correspondante des cyber-risques, les volatilités géopolitiques, par exemple, accroissent l’insécurité dans l’ensemble du système, ce qui rend difficile toute planification ferme à long terme. De plus en plus de dirigeants se fient de manière croissante à leur intuition et se laissent guider par les tendances de leur environnement. Deux tiers des CEO interrogés se fient de plus en plus leur intuition.

Y a-t-il d’autres aspects?

La volatilité et la transformation numérique favorisent aussi les tendances à la renationalisation. De plus en plus d’entreprises suisses rapatrient, sous l’aspect du «Reshoring», des processus et des unités délocalisés préalablement à l’étranger.

Ce qui renchérit la production et les prestations?

Non. À l’avenir, dans notre pays, le travail «numérique» coûtera encore un tiers de ce que coûte aujourd’hui le travail dans les pays à bas salaire. Et ce, avec une amélioration simultanée de la qualité et de la productivité. Il est impressionnant de constater que 62% des CEO interrogés à travers le monde pensent par exemple que l’intégration croissante de l’intelligence artificielle créera à l’avenir davantage de nouveaux emplois qu’elle n’évincera d’activités traditionnelles.

Dans quelle mesure le changement démographique sollicite-t-il les entreprises?

Sous de nombreux aspects. Dans le CEO Outlook, l’accent est mis sur les évolutions du marché. Nous constatons dans ce contexte que les entreprises ont encore du mal à anticiper notamment les besoins et les exigences des futures générations de clients. Il reste un fossé entre l’offre et la demande qui laisse parfois certains CEO en proie à la perplexité.

© 2018 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre