«La fraude est toujours le grand classique» | KPMG | CH
close
Share with your friends

«La fraude est toujours le grand classique»

«La fraude est toujours le grand classique»

Andrea Höhener parle, dans une interview, des types de délit prédominants dans la criminalité économique, des différences en fonction des branches et de la collaboration avec les entreprises.

1000

Related Content

Andrea Höhener, cheffe du service d’investigation Criminalité économique de la police cantonale de Zurich

Andrea Höhener, cheffe du service d’investigation Criminalité économique de la police cantonale de Zurich

Dans quelle mesure la Suisse est-elle touchée par la criminalité économique?

Nous traitons ici, à Zurich, environ 100 cas par an. Depuis un certain temps, nous constatons que les fraudeurs opérant à l’échelle internationale ont de plus en plus tendance à introduire leurs actifs incriminés en Suisse dans le circuit monétaire légal, par le biais du secteur parabancaire. Pour contrecarrer ce phénomène, le service d’investigation Criminalité économique de la police cantonale de Zurich organise, avec l’aide d’organisations partenaires helvétiques et étrangères, des procédures ciblées de grande envergure contre les bandes de blanchiment d’argent organisées. Il est à noter que la criminalité économique présente un très haut potentiel de dommage, qui se situe chaque année, pour toute la Suisse, dans l’ordre des milliards.

Y a-t-il des différences entre les branches et/ou les types d’entreprises?

Si l’on considère la criminalité économique en général, c’est-à-dire l’ensemble du spectre, non, il n’y a pas de différences. La criminalité économique peut survenir partout. Dans certains phénomènes, comme par exemple la faillite multirécidiviste, on peut constater des tendances, p. ex. dans la branche de la restauration et de la construction.

Quelles formes de délits sont prédominantes?

La fraude est encore et toujours le grand «classique» parmi les délits économiques. Les délits de faillite sont également en grand nombre, mais surtout parce que la lutte contre l’abus en matière de faillite constitue, dans la période législative en cours, un centre d’intérêt particulier du gouvernement à Zurich et que nous avons intensifié les enquêtes dans ce domaine. Les formes de délits se déplacent de manière croissante, dans la fraude également, des modes opératoires analogiques au domaine numérique. Depuis quelque temps, nous formons aussi nos collaborateurs aux approches et aux procédures d’investigation numériques.

À quoi ressemble un profil de délinquant classique?

Le terme «White Collar Crime» n’est pas tombé du ciel… On peut souvent observer qu’outre les «fraudes liées à la profession», un train de vie exorbitant amène souvent à piocher dans la caisse de l’entreprise. Une fois arrivé dans cette spirale, un individu peut libérer une énergie criminelle considérable.

Comment fonctionne la collaboration avec les entreprises?

Le service d’investigation Criminalité économique de la police cantonale de Zurich s’intéresse à une collaboration avec l’économie privée. Il est important de développer une compréhension mutuelle du mode de travail, c’est pourquoi nous nous efforçons d’entretenir un échange de savoir-faire régulier. Nos collaborateurs et moi-même assistons régulièrement à des exposés et séminaires du secteur de l’économie privée, qui nous servent ainsi de formations continues, et nous intervenons nous-mêmes fréquemment dans des manifestations du secteur privé. Il peut arriver que des entreprises lésées nous assistent dans le recueil des données lors des enquêtes.

Quelles facultés les experts axés sur la criminalité économique doivent-ils posséder?

Nos collaborateurs sont des policiers chevronnés qui ont le sens des corrélations économiques et des chiffres. La créativité et la ténacité sont aussi des qualités appréciées. Nos investigateurs acquièrent leurs connaissances spécialisées extra-policières, juridiques et économiques dans le cadre de formations de base et continues auprès d’écoles spécialisées et de hautes écoles en Suisse et à l’étranger. La plupart des enquêteurs disposent en outre d’une connaissance approfondie de la gestion des projets, car dans les grandes procédures pénales du domaine économique, les investigations sont gérées comme des projets. Nous bénéficions en outre du soutien d’une équipe de spécialistes civils intégrée dans le service et dotée d’une riche expérience pratique (dont, par exemple, des experts-comptables diplômés, des spécialistes de la comptabilité ou des finances) ainsi que d’une équipe de recouvrement, qui fait également partie du service d’investigation Criminalité économique.

Qu’est-ce qui vous motive personnellement dans votre quotidien professionnel?

La certitude de contribuer largement, avec mes collaborateurs engagés, à la stabilité et au renforcement du site économique et financier suisse par le biais d’une détection des crimes avant-gardiste et conséquente.

© 2018 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre