«Les Chinois ne connaissent que la croissance» | KPMG | CH

«Les Chinois ne connaissent que la croissance»

«Les Chinois ne connaissent que la croissance»

Dans une interview, Stefan Ludewig parle des différences culturelles dans le cadre de la reprise de SIGG par des investisseurs chinois.

1000

Related Content

Stefan Ludewig

Stefan Ludewig, ancien CEO du SIGG

Patrik Kerler: SIGG a été reprise début 2016 par le groupe chinois Haers. Quelles ont été vos expériences?

Stefan Ludewig: Bien qu’établie dans un petit segment de marché, SIGG fait partie des marques suisses les plus connues. L’annonce de l’acquisition de SIGG par l’entreprise chinoise Haers a donc suscité beaucoup d’émotion auprès du grand public avec, en conséquence, une certaine inquiétude au sein de l’entreprise et du personnel. Mais je suis convaincu que les nouveaux propriétaires sauront miser à long terme sur le site de Frauenfeld. Les médias dressent souvent un tableau très négatif et alarmant lors de la reprise d’entreprises suisses par des acheteurs chinois. Je juge cela inutile et aussi en partie irresponsable parce que cela nourrit des craintes au sein de la population. Il n’y a rien de négatif à ce que les Chinois investissent dans des entreprises suisses. Ce qui est important, c’est l’esprit d’entreprise dont doit faire preuve l’investisseur – indépendamment de son origine. Il est un peu dommage, en revanche, que l’on ne trouve que difficilement des acheteurs suisses pour les petites et moyennes entreprises. Avoir un peu plus d’acteurs locaux serait ici réjouissant.

Quelles différences culturelles découvrez-vous dans votre collaboration?

En premier lieu, bien sûr, la barrière linguistique complique la communication. Beaucoup de mes interlocuteurs ne parlent pas ou peu anglais, de sorte que nous devons constamment faire appel à des interprètes et à des traducteurs. Les contenus en souffrent aussi en partie, surtout pour les thèmes délicats. En outre, nous avons constaté que les propriétaires chinois avaient de très hautes attentes en matière de croissance et visaient aussi toujours une croissance financée en mains propres. Si l’on considère la récente histoire économique de la Chine qui, à ce jour, a toujours affiché des taux de croissance à deux chiffres et n’a jamais connu de croissance zéro, voire de régression, c’est là une attente compréhensible. D’une façon un peu caricaturale, on pourrait dire que les Chinois ne connaissent pas le moins au sens mathématique. Dans ce domaine, SIGG doit harmoniser les aspirations dans l’esprit d’une bonne gestion des attentes.

Vous attendez-vous à ce que les activités M&A chinoises augmentent encore à l’avenir en Suisse?

Je vois cela comme une tendance générale. La Chine est axée sur l’expansion. Les entreprises chinoises ont une conception claire de la manière dont elles souhaitent poursuivre leur croissance dans le monde, et à quel endroit. La Suisse en sentira également les effets. Cette évolution – c’est-à-dire le nombre croissant d’investisseurs chinois en Suisse et en Europe en général – inclut aussi le fait que de plus en plus de petites et moyennes entreprises chinoises seront actives dans notre pays. C’est globalement une évolution qu’il faut saluer. Néanmoins, on peut s’attendre à ce qu’avec l’engagement croissant de quelques groupes chinois moins expérimentés et qui ne sont pas encore orientés à l’international, le professionnalisme recule, dans un premier temps, dans les activités M&A et que les fossés culturels à surmonter se creusent encore.

Qu’est-ce qui rend les entreprises suisses particulièrement intéressantes pour les investisseurs chinois?

La tradition. Les Chinois apprécient l’histoire des entreprises helvétiques et sont impressionnés par leur longue expérience. La plupart des entreprises de Chine ont tout juste 10 à 15 ans, et cela fait bien sûr sensation lorsque l’on peut, comme dans le cas de SIGG, prendre les rênes d’une entreprise de plus de 100 ans. Cela séduit les investisseurs chinois.

© 2017 KPMG Holding AG is a member of the KPMG network of independent firms affiliated with KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss legal entity. All rights reserved.

Contactez-nous

 

Besoin de nos services?

 

Soumettre