Canada: le premier à accueillir les véhicules autonomes | KPMG | CA

Le Canada : le premier à accueillir les véhicules autonomes

Canada: le premier à accueillir les véhicules autonomes

L’écosystème du sud de l’Ontario convient parfaitement à la recherche et aux essais

Contenu connexe

Un récent rapport publié par KPMG International révèle que le Canada est en bonne voie de pouvoir bientôt évoluer dans un monde de véhicules autonomes. L'indice 2018 de préparation aux véhicules autonomes de KPMG (AVRI) tient compte de facteurs clés nécessaires pour que les pays puissent relever les défis que pose un monde de véhicules autonomes et le Canada se classe au septième rang pour ce qui est de son degré de préparation générale.

« Les véhicules autonomes (VA) sont destinés à révolutionner autant les transports que la façon dont vivent et travaillent les gens partout dans le monde entier, affirme Richard Threlfall, chef mondial, Transport public, KPMG International. Des avantages en découleront sur le plan économique, le temps que nous consacrons actuellement à conduire une automobile se transformera en temps productif dévolu au travail, à la détente et à la sieste. Sans compter les avantages sur le plan social, notamment en réduisant considérablement le 1,3 million de victimes annuelles d'accidents de la route et en accroissant la mobilité des personnes effectivement incapables de conduire en raison de leur âge ou d'un handicap. Par contre, cette occasion sans précédent comporte des défis majeurs que les pays doivent relever pour pouvoir tirer profit des avantages qu'offrent les véhicules autonomes. »

L'AVRI est la toute première recherche en son genre et détermine où en sont actuellement les progrès et la capacité des pays quant à leur adaptation à la technologie des véhicules autonomes. Il évalue chaque pays à partir de quatre piliers qui font partie intégrante de la capacité d'un pays à adopter et intégrer des véhicules autonomes : politique et législation, technologie et innovation, infrastructure et acceptation par les consommateurs.

Les piliers se composent d'un nombre de variables et tiennent compte de l'incidence d'un large éventail de facteurs sur la préparation d'un pays aux VA, notamment l'accès à des bornes de recharge pour les véhicules électriques, la recherche et le développement en technologie de véhicules autonomes, l'acceptation de la technologie par la population et l'environnement réglementaire.

L'AVRI décerne une bonne note à la technologie et à l'innovation au Canada, la note la plus élevée possible aux partenariats industriels et des notes élevées à la fois aux pôles de recherche et développement et aux sièges sociaux d'entreprises de technologie VA. Toutefois, le Canada ne détient que très peu de brevets dans ce domaine. Le Canada a obtenu une note maximale pour ses projets pilotes en VA finances par l'État et c'est l'Ontario qui a donné l'exemple en tant que première province à avoir accordé des permis pour tenir des essais de véhicules autonomes sur des routes publiques. L'année dernière, l'Ontario a délivré sept permis à des entreprises dont Uber, le fabricant de pneus Continental, le fournisseur automobile Magna et QNX, filiale de BlackBerry.

« L'écosystème du sud de l'Ontario convient parfaitement à la recherche et aux essais, affirme Gary Webster, leader national, Infrastructure KPMG au Canada. Le sud de l'Ontario vient au quatrième rang des plus grands exportateurs de véhicules au monde et GM, Fiat-Chrysler, Ford, Toyota, Honda et leurs fournisseurs y ont établi des usines. Son corridor de l'innovation Waterloo-Toronto englobe des universités de recherche et des entreprises de technologie, ce qui a incité Uber et General Motors à y transférer des emplois. »

Au chapitre de l'infrastructure, les routes et les réseaux mobiles au Canada obtiennent une bonne note en raison de ses principaux fournisseurs de télécommunications qui ont testé avec succès la technologie des réseaux 5G – même si d'autres variables lui ont valu de se classer en milieu de peloton. Quant à l'acceptation par les consommateurs, le Canada figure parmi les leaders du fait du nombre de personnes vivant dans des zones d'essais de VA et mérite une bonne note de la part d'AVRI de KPMG et du Forum économique mondial.

Pays les mieux préparés aux véhicules autonomes

Selon l'AVRI, les dix pays les mieux préparés au transport autonome de l'avenir, parmi ceux qui ont fait l'objet de la recherche, sont les suivants :

  1. Pays-Bas 
  2. Singapour 
  3. États-Unis 
  4. Suède 
  5. Royaume-Uni
  6. Allemagne
  7. Canada
  8. Émirats arabes unis
  9. Nouvelle-Zélande
  10. Corée du Sud

Les Pays-Bas figurent systématiquement parmi les premiers pays – en tête des quatre premiers de nos quatre piliers – et ses points forts sont l'acceptation largement répandue des voitures électriques et la forte densité de bornes de recharge, un réseau de télécommunications robuste, vital pour guider les VA et des essais routiers de VA planifiés à grande échelle. Les autres pays au nombre des cinq premiers affichent différents points forts : Singapour se classe au premier rang pour la politique et la législation ainsi que l'acceptation par les consommateurs, les États-Unis et la Suède, au premier et au deuxième rang respectivement en matière de technologie et d'innovation, et trois des piliers valent au Royaume-Uni de figurer parmi les cinq premiers.

Accélérer les progrès des véhicules autonomes

Dans l'ensemble, le développement économique d'un pays va grandement de pair avec son degré de préparation aux VA, mais au fond, l'AVRI fait ressortir des attributs constants parmi les pays les mieux préparés. Ce sont la volonté des gouvernements de réglementer et de gérer le développement des VA, la grande qualité des routes et de l'infrastructure du réseau mobile, ainsi que l'investissement dans l'innovation par le secteur privé.

« La planification de l'avenir des VA est aujourd'hui essentielle, parce que ce n'est plus une question de savoir si les VA deviendront omniprésentes, mais plutôt quand, souligne Richard Threlfall. Des partenariats entre le gouvernement et le secteur privé accélèrent le développement de la technologie, et veillent à ce que l'adoption des VA respecte les objectifs des politiques publiques. Enfin, la planification de l'avenir des VA doit mobiliser tous les acteurs – le gouvernement, les entreprises et les citoyens. Ce n'est pas uniquement une question de transport; nous devons nous préparer à l'incidence qu'auront les VA sur tous les aspects de la vie dans le futur. »

Pour en savoir plus sur l'AVRI et le résultat de chaque pays, lisez le rapport au complet à kpmg.com/AVRI.

KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils (kpmg.ca) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l'Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative (« KPMG International »). Les cabinets membres de KPMG comptent 200 000 professionnels dans 154 pays et territoires.

Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

 

PERSONNE-RESSOURCE

Kevin Dove
Directeur, Communications de la société
KPMG au Canada
416.777.8026
kdove@kpmg.ca

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre