Les chefs de direction canadiens entrevoient... | KPMG | CA

Les chefs de direction canadiens entrevoient l’avenir avec optimisme

Les chefs de direction canadiens entrevoient...

Selon une étude de KPMG, les chefs de direction canadiens pourraient se sentir trop en confiance à l’égard des défis imminents

Contenu connexe

Les chefs de direction canadiens entrevoient l’avenir avec optimisme

Aujourd’hui, KPMG au Canada a publié l’étude Perspective des chefs de direction canadiens en 2016, révélant que les chefs de direction canadiens ont confiance en l’état de leurs organisations et industries, et en leur capacité à faire mieux que la conjoncture économique générale. Même si cette confiance semble prometteuse, il existe des contrastes frappants avec leurs homologues étrangers. Par exemple, les chefs de direction canadiens semblent être plus étroits d’esprit dans leur façon de réfléchir, ils sont moins enclins à apporter des transformations opérationnelles considérables et plus préoccupés par la fidélité de la clientèle existante et l’accès au talent que leurs homologues étrangers. Les chefs de direction canadiens affichent un sentiment de confiance accru en ce qui a trait à la cybersécurité.

« En dépit de toutes les perturbations qui secouent actuellement notre économie nationale, de l’industrie du pétrole et du gaz à notre dollar en constante fluctuation, les dirigeants d’entreprise au Canada sont largement confiants quant à leurs perspectives à court terme et d’autant plus optimistes concernant la croissance de leurs propres entreprises et de l’économie canadienne et mondiale au cours des trois prochaines années », affirme Bill Thomas, chef de direction et associé principal de KPMG au Canada, et président de KPMG Amériques. « Pourtant, il semble y avoir un immense fossé entre les préoccupations relevées par les chefs de direction, ou dans certains cas celles qui n’ont pas été signalées, et les domaines qu’ils ont sélectionnés pour les perspectives stratégiques ».

L’étude de 2016 de KPMG, effectuée auprès de 53 chefs de direction canadiens d’entreprises provenant de onze industries (qui fait partie d’une enquête plus vaste menée auprès de 1 300 chefs de direction dans 28 pays), démontre que même si 58 pour cent des leaders canadiens reconnaissent que le Canada est dans une situation de croissance lente, 96 pour cent ont confiance en la croissance de leur propre entreprise au cours des trois prochaines années. En outre, plus de la moitié d’entre eux prédisent une croissance du chiffre d’affaires de 2 à 5 pour cent, et tous anticipent une croissance des effectifs au cours de la même période (plus d’un tiers prédisent jusqu’à 25 pour cent).

De plus, bien que les cadres reconnaissent gérer pendant une période de perturbations et de changements (75 pour cent conviennent que les trois prochaines années seront plus cruciales pour leur industrie que les 50 précédentes), les leaders canadiens ne semblent pas, par leurs actions, soutenir cette croyance.

Fidéliser et vraiment comprendre votre client : un décalage

Sans surprise, 98 pour cent des chefs de direction canadiens affirment que la fidélité de la clientèle est leur principale préoccupation, tandis que 92 pour cent d’entre eux affirment leur préoccupation quant à leur capacité à ne pas perdre de vue les nouveaux services et produits, et 91 pour cent se disent préoccupés par la façon dont la génération Y et leurs différents besoins changeront leur entreprise.

Avec près de trois quarts (70 pour cent) des chefs de direction canadiens définissant les nouveaux clients comme la principale source de croissance au cours des trois prochaines années, le client est une priorité évidente pour les dirigeants canadiens. Pourtant, à peine plus de la moitié utilisent les données et les analyses (D & A) afin de mieux comprendre leurs clients actuels et de mettre en œuvre leur stratégie et d’entraîner des changements. Fait peut-être plus étonnant, seulement 21 pour cent des chefs de direction canadiens prévoient investir dans les D & A dans l’avenir.

D & A : une occasion ratée

Les chefs de direction canadiens croient qu’ils utilisent efficacement les D & A (66 pour cent), dont 32 pour cent croient qu’ils sont des chefs de file dans l’utilisation des D & A. Toutefois, l’approche des cadres envers les D & A est axée sur les opérations plutôt que sur la promotion de l’innovation et une profonde compréhension du client et du marché. Les résultats du sondage montrent que la principale utilisation des D & A est l’analyse de la valorisation de la marque sur les médias sociaux. Seulement 57 pour cent des chefs de direction canadiens utilisent les D & A comme moteur de leur stratégie et du changement, 55 pour cent les utilisent pour développer de nouveaux produits et services et 40 pour cent tirent profit des D & A pour trouver de nouveaux clients.

Cyber (excès de) confiance?

Il peut sembler surprenant d’affirmer que la préparation à une cyberattaque n’est pas une grande préoccupation pour les chefs de direction canadiens. Plus du trois quarts de ceux-ci croient qu’ils sont quelque peu préparés pour une cyberattaque par rapport à 13 pour cent qui affirment se sentir très bien préparés.

Actuellement, seuls huit pour cent des chefs de direction canadiens indiquent que réduire au minimum le risque de cybersécurité est une priorité stratégique. Une fois que les entreprises canadiennes seront tenues par la loi de déclarer une cyberattaque, leurs priorités stratégiques pourraient changer.

Pour en savoir davantage à ce sujet et pour connaître tous les résultats de l’étude, veuillez vous rendre sur kpmg.ca/perspective-des-chefs-de-direction

INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE
Rapport de la Perspective des chefs de direction canadiens [PDF 5 MB]
Données infographiques de la Perspective des chefs de direction canadiens
Site Web de la Perspective des chefs de direction canadiens
@KPMG_Canada – #CEOoutlook
KPMG sur LinkedIn

À propos de la Perspective des chefs de direction canadiens de KPMG

Ce sondage comprend les opinions de 53 chefs de direction canadiens et fait partie d’une étude à l’échelle mondiale de KPMG, basée sur la participation de près de 1 300 chefs de direction de par le monde. La majorité des chefs de direction canadiens qui ont répondu au sondage (87 pour cent) représentent des entreprises publiques dont plus de la moitié ont déclaré des revenus se situant entre 1,3 milliard de dollars et 12 milliards de dollars (28 pour cent avec des revenus de 13 milliards de dollars ou plus et 19 pour cent avec des revenus se situant entre 668 millions de dollars et 1,2 milliard de dollars). Parmi les personnes interrogées, 79 pour cent ont conservé leur poste pendant au moins six ans, dont 43 pour cent ont été au service de leur entreprise pendant plus de quinze ans.

L’étude représente des chefs de direction d’entreprises œuvrant dans un large éventail de secteurs, les trois principaux étant le secteur bancaire, le secteur de l’énergie et des services publics ainsi que le secteur de l’infrastructure. Les chefs de direction venant des secteurs de la vente, de l’automobile, de la fabrication, des assurances, des télécommunications, des technologies, de la gestion des investissements et des sciences de la vie ont aussi été représentés.

À propos de KPMG

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d’audit, de fiscalité et de services-conseils (kpmg.ca) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative (« KPMG International »). Les cabinets membres de KPMG comptent 174 000 professionnels dans 155 pays.

Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

PERSONNE-RESSOURCE

Julie Bellissimo
Directrice, Service national des communications
KPMG au Canada
416 777-3988
juliebellissimo@kpmg.ca

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre