Le Canada demeure le pays à maturité le plus concurrent | KPMG | CA

Le Canada demeure le pays à maturité le plus concurrentiel

Le Canada demeure le pays à maturité le plus concurrent

TORONTO

Contenu connexe

Le Canada demeure le pays à maturité le plus concurrentiel

L’appréciation du dollar américain donne au Canada un avantage concurrentiel. Fredericton (Nouveau-Brunswick) offre les coûts d’exploitation les plus compétitifs au pays.

Selon l’étude Choix concurrentiels 2016 de KPMG au Canada publiée aujourd’hui, le Canada offre les coûts d’exploitation les plus concurrentiels parmi les marchés parvenus à maturité. La vigueur du dollar américain a contribué à la compétitivité du Canada, qui a ainsi conservé sa position au classement mondial malgré la hausse de certains coûts d’exploitation – notamment les loyers des bureaux dans les centres urbains et les banlieues, et la réduction des crédits d’impôt fédéraux pour la recherche et le développement (R-D). Cette étude bisannuelle porte sur 26 facteurs importants qui influent sur les coûts d’exploitation – dont la main-d’œuvre, les installations, le transport, les services publics et les impôts – dans 100 villes de 10 pays.

« Au cours de la dernière année, l’affaiblissement du dollar canadien et ses conséquences éventuelles sur notre économie ont suscité l’inquiétude des Canadiens. Cette étude ouvre des perspectives plus prometteuses et montre que la vigueur du dollar américain a en fait contribué à améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes et accru leur avantage concurrentiel. Même si nous attendons toujours de savoir quelle direction prendra notre économie, cette étude confirme que le Canada offre aux entreprises des coûts d’exploitation concurrentiels », explique Greg Wiebe, associé, KPMG.

Premier au classement, le Mexique, membre de l’ALENA et seul pays émergent en forte croissance inclus dans l’étude, présente des coûts d’exploitation plus bas que tous les marchés parvenus à maturité.

Au palmarès des 111 villes étudiées, 17 sont canadiennes. Fredericton (Nouveau-Brunswick), ville la plus compétitive au Canada, a surpassé Moncton qui dominait le classement en 2014. Selon les auteurs, les villes canadiennes sont toutes plus concurrentielles que les villes américaines incluses dans l’étude; de plus Montréal, Toronto et Vancouver figurent parmi les grandes villes les plus compétitives du monde.

« Chacune de villes canadiennes à l’étude bénéficiera, comme beaucoup d’autres au pays, des investissements promis par le gouvernement fédéral dans le transport, l’infrastructure verte et l’infrastructure sociale. Ces investissements rendront le Canada encore plus attrayant aux yeux des entreprises et de leurs employés, et contribueront à nous assurer un avenir concurrentiel », ajoute Brad Watson, leader national, Infrastructures, KPMG.

Le Canada et le monde

  • Le Canada se classe au deuxième rang (après le Mexique) dans les quatre secteurs examinés : services numériques, services de R-D, services aux entreprises et fabrication. Il affiche ses meilleurs résultats dans le secteur des services de R-D, grâce en partie aux crédits d’impôts fédéral et provinciaux associés à la R-D.
  • La valeur du dollar américain a eu une incidence déterminante sur le classement de certains pays. L’avance du Canada sur les Pays-Bas, au troisième rang, a peu changé tandis que l’écart entre le Canada et l’Australie s’est resserré, en partie parce que le dollar australien a reculé encore plus que le dollar canadien par rapport au dollar américain.
  • Sur le plan fiscal, c’est au Royaume-Uni, au Canada et aux Pays-Bas que les taux d’imposition effectifs sont les plus faibles pour les sociétés des divers secteurs à l’étude, compte tenu des mesures incitatives fiscales visant la R-D et les activités technologiques.

Classement et indice de coûts pour tous les pays (en ordre croissant de coûts)

Rang 2016 Pays Indice de cout 2016 Advantage sur les E-U Rang 2014
Marches forte croissance
1 Mexique 77,5 22,5 % 1
Marches au stade de maturite    
2 Canada 85,4 14,6 % 2
3 Pays-Bas 87,7 12,3% 3
4 Italie 89,3 10,7% 6
5 Australie 89,4 10,6% 8
6 France 90,5 9,5% 5
7 Royaume- Uni 90,9 9,1% 4
8 Allemagne 92,3 7,7% 10
9 Japon 92,7 7,3% 7
10 Etas-Unis 100,0   - 9

1 Les coûts d’exploitation des entreprises sont exprimés sous forme d’indice basé sur un indice de référence de 100,0 attribué aux États-Unis. Un indice de coûts inférieur à 100 indique des coûts inférieurs à ceux des États-Unis. Par exemple, un indice de 95,0 représente un avantage de coût de 5 % par rapport aux États-Unis.

2 L’indice de référence de 100,0 attribué aux États-Unis tient compte des coûts d’exploitation dans les quatre plus grandes villes des États-Unis, soit New York, Los Angeles, Chicago et Dallas-Fort Worth. Les grandes villes servent également de point de référence dans les autres pays pour déterminer les coûts nationaux.

89,3
89,3

Résultats pancanadiens

Selon les auteurs, les villes canadiennes sont toutes plus concurrentielles que les villes américaines examinées. Parmi les 34 grands centres urbains du Canada et des États-Unis inclus dans l’étude (population de 2 millions d’habitants ou plus), Montréal (Québec) demeure la plus compétitive, suivie de Toronto (Ontario) et de Vancouver (Colombie-Britannique) au Canada et des 31 villes américaines de ce groupe.

Le classement des 17 villes canadiennes dresse un portrait intéressant des coûts d’exploitation au Canada :

  • Fredericton (Nouveau-Brunswick) est la ville la plus compétitive au Canada, ayant surpassé Moncton qui dominait le classement en 2014. Fredericton arrive en tête du classement des villes canadiennes pour la première fois, grâce entre autres à la modeste augmentation du coût de la main-d’œuvre et à la diminution des loyers (surtout dans le secteur industriel).
  • Montréal (Québec) arrive au 9e rang des villes canadiennes étudiées et domine le classement des 34 plus grandes villes canadiennes et américaines (agglomérations de 2 millions d’habitants ou plus). C’est dans les secteurs de la fabrication et des services numériques que Montréal affiche ses meilleurs résultats, se classant 6e au Canada.
  • Toronto (Ontario) est 12e parmi les 17 villes canadiennes à l’étude, mais elle surpasse toutes les villes américaines de taille comparable. Bien que les coûts de transport et les loyers des locaux industriels soient plus avantageux à Toronto que dans les autres villes canadiennes, les coûts d’électricité élevés sont un enjeu important.
  • Vancouver (Colombie-Britannique) arrive 15e au classement des villes canadiennes. Le coût de la main-d’œuvre est moins élevé à Vancouver que dans les autres grandes villes canadiennes, grâce en partie aux charges sociales très modestes. Vancouver affiche par contre les plus hauts coûts des terrains à usage industriel et les loyers des bureaux les plus élevés des 17 villes canadiennes analysées.

Classement et indice de coûts des villes canadiennes étudiées (en ordre croissant de coûts)

Rang 2016 Ville Indice de cout 2016 Rang 2016 Ville Indice de cout 2016
1 Frederiction 83,3 10 St. John's 85,4
2 Moncton 83,3 11 Kelowna 85,5
3 Quebec  83,9 12 Toronto 85,6
4 Charlottetown 83,9 13 Gatineau(region de la capitale nationale) 85,8
5 Barrie 84,2 85,9
6 Halifax 84,5 14 Saskatoon 85,9
7 Winnipeg 84,9 15 Vancouver 86,2
8 Sault Ste. Marie 85,0 16 Edmonton 86,4
9 Montreal 85,2 17 Calgary 87,0

 

1 Les villes représentent un mélange intentionnel de population, de géographie régionale, d’industries et de conjoncture économique.

2 Les coûts d’exploitation présentés dans ce tableau sont exprimés sous forme d’indice basé sur un indice de référence de 100,0 attribué aux États-Unis qui tient compte des coûts d’exploitation dans les quatre plus grandes villes des États-Unis, soit New York, Los Angeles, Chicago et Dallas-Fort Worth. Un indice de coûts inférieur à 100 indique des coûts inférieurs à ceux des États-Unis. Par exemple, un indice de 95,0 représente un avantage de coût de 5 % par rapport aux États-Unis.

3 Représente la région métropolitaine d’Ottawa-Gatineau. Pour calculer les coûts, on a pris pour hypothèse que les entreprises sont établies à Gatineau et, par conséquent, soumises au régime fiscal du Québec.

 

Winnipeg
Winnipeg
Vancouver
Vancouver
87.0

Étude Choix concurrentiels de KPMG

L’étude Choix concurrentiels 2016 de KPMG propose une analyse comparative indépendante des coûts d’exploitation dans plus de 100 villes de 10 pays.

Choix concurrentiels est une étude bisannuelle menée par KPMG, où l’on compare divers emplacements parmi les pays de l’ALENA et les principaux marchés parvenus à maturité en Europe et en Asie-Pacifique. Cette étude vise à aider les entreprises du Canada et d’ailleurs à prendre des décisions éclairées à l’égard de leurs activités à l’étranger. Elle dresse aussi un portrait global des enjeux de la compétitivité dans de nombreux endroits, sur lequel pourront s’appuyer les promoteurs et les spécialistes en localisation des entreprises.

Pour consulter la version intégrale du rapport, visitez le site www.choixconcurrentiels.com.Dans le cadre de l’étude Choix concurrentiels 2016, les taux de change s’établissent comme suit, pour un dollar américain : 1,39 AUD – 1,34 CAD – 0,91 EUR – 121,44 JPY – 16,76 MXN et 0,66 GBP.

KPMG au Canada

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., cabinet d’audit, de fiscalité et de services-conseils (kpmg.ca/fr) et société canadienne à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet canadien membre de KPMG International Cooperative (« KPMG International »). Les cabinets membres de KPMG comptent 174 000 professionnels dans 155 pays.

Les cabinets indépendants membres du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International, entité suisse. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel.

PERSONNE-RESSOURCE

Tonique Bedeau

Directrice, Service national des communications

KPMG au Canada

416-777-3241

tbedeau@kpmg.ca

 

Julie Bellissimo

Directrice, Service national des communications

KPMG au Canada

416-777-3988

juliebellissimo@kpmg.ca

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre