Déstabiliser le secteur immobilier | KPMG | CA
close
Share with your friends
Blue background

Déstabiliser le secteur immobilier

Déstabiliser le secteur immobilier

L'époque des transactions effectuées sous le coup de l'intuition, conclues par une poignée de main et scellées par écrit s'achève. Une nouvelle ère de technologies de rupture et d'innovations commerciales insuffle un vent de fraîcheur sur l'ensemble des secteurs et touche à la fois les consommateurs et les dirigeants d'entreprise.

Dans l'ensemble, les leaders canadiens tirent parti de la « révolution numérique ». Selon le rapport Perspective des chefs de la direction canadiens en 2018 de KPMG, les dirigeants canadiens, tous secteurs confondus, ont davantage confiance en leur capacité à gérer la transformation technologique que leurs homologues internationaux. En outre, presque tous les répondants (96 %) disent prendre des mesures proactives pour créer les perturbations dans leurs marchés respectifs, sans attendre d'en subir les contrecoups.

Mais tous les secteurs n'évoluent pas à la même vitesse (ni avec la même volonté). Dans le secteur immobilier commercial, par exemple, on sent une certaine réticence face aux nouvelles technologies que sont l'analyse de données, l'intelligence artificielle et l'automatisation avancée. Pourtant, selon l'enquête Global PropTech Survey 2017 de KPMG International, la majorité des chefs de file de l'immobilier au Canada voient dans ces outils une occasion à saisir et s'attendent à ce que les innovations numériques et technologiques influent sur les activités de l'entreprise.

Certes, les acteurs de l'immobilier ont les moyens et la motivation qu'il faut pour innover. Toutefois, leur volonté d'effectuer les investissements nécessaires faiblit devant les enjeux de cybersécurité, les changements géopolitiques et leur capacité d'adaptation.

Un réel potentiel

L'immobilier est un terrain propice à la perturbation technologique. Lorsque mise à profit dans les relations avec les clients et dans l'ensemble des portefeuilles d'activités, l'analyse de données permet de rehausser différents procédés (comparaison de l'actif immobilier, entretien prédictif, configuration d'édifices commerciaux, choix de l'emplacement) en fonction des données sur la démographie, sur les habitudes des consommateurs et sur l'accès au transport en commun, entre autres.

Autres technologies susceptibles de transformer le secteur immobilier :

  • Capteurs intelligents : Capteurs pouvant traiter et analyser les données sur la consommation pour un immeuble donné en vue d'en rehausser l'efficacité énergétique.
  • Véhicules autonomes et partagés : Cette forte tendance entraîne une diminution de la demande pour les places de stationnement et amène déjà certains concepteurs d'immeubles à usage mixte en Amérique du Nord à imaginer des parcs de stationnement couverts configurables (en espaces commerciaux ou de bureaux, par exemple).
  • Automatisation et IA : Les progrès de l'apprentissage machine donnent aux agents immobiliers la capacité de simplifier des tâches autrement complexes, d'accroître leur rendement et de mieux saisir les besoins de leurs clients dans le but d'enrichir l'expérience utilisateur. 
  • Réalité virtuelle ou augmentée : Les acheteurs potentiels peuvent maintenant faire une « visite virtuelle » ou participer à la conception de leur habitation, ce qui ouvre la voie à de nouveaux canaux de vente et de promotion.

Une progression lente

Dans ce nouveau monde d'occasions, de nombreux intervenants du secteur tardent à saisir leur chance et à progresser. Notre enquête auprès des dirigeants PropTech 2017 indiquait qu'un peu plus du tiers des répondants possédaient une stratégie numérique globale, mais que plus de la moitié accusaient un sérieux retard en matière d'innovation et de maturité technologiques.

Cette réticence au changement s'explique de plusieurs façons. D'abord, le secteur immobilier est décentralisé sur le plan des propriétés, ce qui nuit à l'introduction de nouvelles technologies et de nouveaux processus pour l'ensemble des portefeuilles et des chaînes d'approvisionnement. Ensuite, les propriétés servent à différentes fins (propriété familiale, société d'investissement immobilier, bien d'entreprise) auxquelles s'ajustent les différentes technologies et innovations numériques.

En outre, le secteur immobilier est sensible aux enjeux de cybersécurité. D'ailleurs, les répondants à l'enquête Perspective des chefs de la direction canadiens en 2018 de KPMG voient la cybersécurité comme le principal obstacle à la croissance. L'idée de recueillir, de conserver et d'analyser un volume important de données client peut s'avérer intimidante. Cette crainte est d'autant plus légitime que les règlements en matière de sécurité des données et de protection des renseignements personnels se resserrent et changent. Par exemple, toutes les sociétés ouvertes seront désormais tenues de déclarer les cyberincidents, en vertu d'une modification réglementaire commandée par l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM).

En somme, en immobilier, le désir de transformation est aussi important que la crainte qu'elle suscite.

Passer à l'action

En dépit des risques, la transformation technologique présente des avantages. Une utilisation efficace et responsable de l'analyse de données passe par une stratégie proactive :

  • Évaluer l'état actuel et souhaité de l'entreprise : Où vous situez-vous et quelle est votre destination? Comment vous y rendre et quels seront les obstacles en chemin? Répondre à ces questions vous aidera à réorienter vos objectifs d'exploitation en fonction du nouvel écosystème numérique.
  • Gagner en agilité : Les entreprises à croissance rapide sont équipées pour réagir rapidement au changement et articulent leurs activités autour du client. Les organisations traditionnelles peuvent s'inspirer de cette approche.
  • Combler les écarts de compétences : Y a-t-il dans votre entreprise des personnes qui pourraient consacrer plus de temps à l'innovation et à la stratégie numérique? Sinon, voyez où vous pourriez trouver les compétences requises pour combler les écarts. Élargissez vos horizons au-delà du secteur immobilier.
  • S'impliquer dans le secteur : Impliquez-vous activement auprès des jeunes pousses de l'immobilier. Collaboration, approvisionnement ou partenariat avec des entreprises en plein essor, participation à des séminaires… La clé est d'encourager tous les échelons de votre organisation à faire de même.
  • Nommer un leader de l'innovation : Pour que l'innovation fleurisse, un leader doit s'en porter garant. Mettre sur pied un conseil de l'innovation, composé de représentants de l'industrie, permet de réviser tous les aspects de la stratégie d'innovation et de s'assurer qu'elle concorde avec les objectifs généraux de l'entreprise.
  • Évaluer la culture : La mise au point d'une stratégie numérique sous-entend généralement la transformation de la culture même de l'entreprise, puisqu'il faut mettre en œuvre de nouvelles technologies.

Les perturbations actuelles ont beaucoup à offrir aux acteurs de l'immobilier, qui affichent un réel désir de les utiliser. Les nouvelles technologies ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre, et les risques qu'elles comportent peuvent impressionner. Par contre, s'il est une chose que nous avons apprise en accompagnant nos clients dans la transformation de leur entreprise, c'est qu'il ne faut pas rester figé devant cette ère de transformation.