Imposition des monnaies virtuelles | KPMG | CA
close
Share with your friends

Imposition des monnaies virtuelles

Imposition des monnaies virtuelles

Bien qu’elle en soit à l’état embryonnaire, l’imposition de la monnaie virtuelle soulève des questions complexes.

Contenu connexe

Carte des monnaies virtuelles

La monnaie virtuelle n'existe pas sous forme physique et elle ne confère pas à son détenteur de droits inhérents à la propriété ou à une autre monnaie. Traditionnellement, il revient à la banque centrale d'un État souverain de créer de la monnaie. Toutefois, aucune autorité centralisée, gouvernementale ou autre, ne contrôle le système numérique.

La monnaie virtuelle est un médium financier émergent pouvant être utilisé pour payer des biens ou des services ou être détenu à des fins de placement. La monnaie virtuelle est une représentation numérique de la valeur qui sert de moyen d'échange, d'unité de compte ou de réserve de valeur. Dans certains environnements, elle fonctionne comme une « vraie » monnaie, c'est-à-dire comme les pièces et les billets de tout autre pays qui sont désignés comme étant la monnaie légale, qui circulent et qui sont habituellement utilisés et acceptés comme un moyen d'échange dans le pays d'émission, mais elle n'a le statut de monnaie légale dans aucun pays.

La monnaie virtuelle qui a une valeur équivalente en monnaie réelle, ou qui joue un rôle de substitut de la monnaie réelle, est appelée monnaie virtuelle « convertible ». Le bitcoin est un exemple de monnaie virtuelle convertible. Le bitcoin peut se négocier numériquement entre utilisateurs et il peut être acheté à l'aide de dollars américains, d'euros ou d'autres monnaies réelles ou virtuelles ou être échangé contre ces monnaies.

Téléchargez le PDF ci-dessous pour lire l'article en entier.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre