Passer à l’ère de l’industrie 4.0 | KPMG | CA
close
Share with your friends

Passer à l’ère de l’industrie 4.0

Passer à l’ère de l’industrie 4.0

Les occasions d’innover sont nombreuses dans le secteur de la défense, mais l’industrie 4.0 (i4.0) est la plus prometteuse pour les fabricants.

Contenu connexe

I4.0

Les occasions d’innover sont nombreuses dans le secteur de la défense, mais l’industrie 4.0 (i4.0) est la plus prometteuse pour les fabricants. Le terme est amusant, mais que désigne-t-il au juste? Et au-delà de l’engouement que suscite l’i4.0, que se cache-t-il derrière cette nouvelle révolution, et quelles en sont les limites?

L’industrie 4.0 (i4.0), c’est la quatrième révolution industrielle; l’ère des systèmes cyberphysiques associant intelligence artificielle (IA), Internet des objets (IdO), appareils autonomes et mégadonnées. C’est la prochaine étape dans l’évolution technologique, un passage de l’ère numérique à l’ère des technologies connectées et de l’information fondée sur les données.

Chose certaine, l’i4.0 est pleine de promesses pour les manufacturiers de tous les secteurs, et le secteur canadien de la défense n’est pas de reste. Des fabricants novateurs des domaines commercial et militaire se sont déjà lancés dans la production de véhicules autonomes adaptés aux environnements terrestre, naval, aérien et spatial. Aujourd’hui, ils commencent à réaliser les économies et les gains de performance associés à l’automatisation. Vu les investissements que font les manufacturiers dans de l’équipement de production intelligent, connecté et autoentretenu, on peut s’attendre à ce que le coût de propriété diminue et à ce que les barrières à l’entrée sur le marché disparaissent progressivement.

Les technologies énumérées vont de pair avec les avancées en analyse de données, en infonuagique et en intelligence artificielle. Ces piliers de l’i4.0 donnent aux manufacturiers les moyens de prédire plus précisément les besoins en équipement des Forces armées canadiennes (FAC) et du ministère de la Défense nationale (MDN), de répondre à ces besoins, de mieux gérer les ressources et d’utiliser puces et capteurs pour faciliter le suivi et la gestion des stocks, entre autres. À terme, les investissements consacrés à la chaîne d’approvisionnement numérique version i4.0 promettent d’accélérer la mise en marché, de diminuer les coûts de production et de favoriser l’innovation collaborative. Et comme une part importante de l’équipement en aérospatiale et défense est mise au point par les fournisseurs, ce type d’investissement sera déterminant pour les chefs de file du secteur.

L’avenir s’annonce très prometteur. Reste à savoir, comment allons-nous concrétiser les promesses?

Téléchargez l'article complet pour en savoir plus.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre