Le passage à la chaîne de blocs sera fracassant | KPMG | CA
close
Share with your friends

Le passage à la chaîne de blocs sera fracassant

Le passage à la chaîne de blocs sera fracassant

Des répercussions se feront sentir au sein des comités d’audit

Associé et leader, Innovation en audit, Services financiers, Audit, RGT

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

réseau virtuel

La chaîne de blocs est le sujet de l'heure. Certains croient que cette technologie sera tout aussi révolutionnaire pour les transactions que l'a été l'Internet pour l'information, mais ce n'est pas tout le monde qui en comprend les implications.

En tant que technologie offrant une vérification permanente et en temps réel de transactions financières et opérationnelles (des transactions par cartes de paiement, par exemple, ou encore des transferts d'expédition de produits tout au long de la chaîne d'approvisionnement), la chaîne de blocs est en voie d'avoir des répercussions majeures dans tous les secteurs d'activité : banques, gestion d'actifs, assurance, mines et plus encore.

Qu'est-ce que la chaîne de blocs?

La chaîne de blocs est un enregistrement numérique de transactions ou d'informations de n'importe quelle valeur, partagé entre au moins deux parties. Traditionnellement, la validation de données en ligne nécessite de nombreux systèmes devant être coordonnés par de multiples parties. La chaîne de blocs offre une solution plus intégrée. Elle consiste en un grand livre décentralisé et distribué, ce qui signifie que les transactions sont partagées et reproduites en temps réel sur des ordinateurs situés à chaque nœud (node), attestant ainsi du caractère vérifiable de l'élément, indépendamment d'une source unique de vérité. Les transactions sont stockées en lots dans des « blocs » qui deviennent parties intégrantes d'une « chaîne » contiguë, et chaque bloc est horodaté et continuellement vérifié par les blocs qui le précèdent et le suivent. Ainsi, ce grand livre devient permanent et pratiquement infalsifiable : une source de vérité partagée qui utilise la cryptographie à clé publique et à clé privée pour signer numériquement les transactions.

Il importe de noter qu'il n'y a pas d'autorité centrale de vérification dans la chaîne de blocs; il s'agit plutôt d'un système autonome dans lequel la vérification s'effectue en tant que fonction de sa structure distribuée, fondée sur un mécanisme de consensus. Elle ne nécessite pas d'administrateur unique, et il est impossible d'y enregistrer ou d'y modifier une transaction sans qu'elle soit authentifiée par les pairs du réseau.

L'implantation intégrale de la technologie de la chaîne de blocs ne se fera pas du jour au lendemain, mais lorsqu'un tel grand livre devient si facile à consulter pour les entreprises et les auditeurs – étant donné qu'une transaction, une fois enregistrée, ne peut être cachée ou altérée – la façon dont les entreprises sont auditées sera manifestement transformée, à l'instar des responsabilités et des programmes des comités d'audit.

Téléchargez le PDF ci-dessous pour lire l'article en entier.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre