1 : Énergie, transport et technologie confluent | KPMG | CA

Tendance 1 : L’énergie, les transports et la technologie sont de plus en plus interconnectés

1 : Énergie, transport et technologie confluent

Les frontières entre l’énergie, les transports et la technologie s’estompent.

Contenu connexe

Illuminated runway

« Le gouvernement canadien a l’occasion de tirer d’importants avantages grâce à des méthodes de financement qui évaluent notre système d’infrastructure dans son ensemble, et pas seulement les éléments qui la composent considérés séparément. La nouvelle initiative de tarification du carbone peut être une occasion de combler l’écart dans notre façon d’évaluer et de financer les infrastructures au Canada. »
- Stephen Prendiville, Associé, Infrastructure, KPMG au Canada

 

Les frontières traditionnelles entre les secteurs de l’énergie, des transports et de la technologie s’estompent d’année en année. Aujourd’hui, les gouvernements sont plus enclins à considérer les projets d’infrastructure à long terme dans leur globalité. Ce faisant, ils prennent conscience que pour prendre des décisions d’investissement éclairées, il faut tenir compte de cette interconnectivité.

Tous les signes pointent vers une imbrication accrue des trois secteurs, et une hausse de la demande d’énergie. Que l’on songe seulement à l’incroyable défi qui se pose aux gouvernements : mettre en place un système de transport à faibles émissions de carbone tout en réorientant la production vers les énergies renouvelables et en rééquilibrant l’offre et la demande au sein de leurs réseaux. Ou à la pression que l’électrification du chauffage exercera sur les réseaux électriques des pays développés nordiques.

Le défi sera encore plus grand dans les marchés en développement où la croissance économique et l’harmonie sociale dépendent de la capacité des dirigeants – particulièrement à l’échelle municipale – à répondre à la demande croissante en matière d’énergie, de transport et de technologie.

Dans les années à venir, on devrait voir davantage d’administrations responsables chercher de nouveaux moyens de mieux harmoniser et intégrer la planification des trois secteurs. Elles devront, à l’occasion, mettre en place de nouvelles structures axées sur la répartition des investissements et de la planification entre plusieurs ministères. D’autres situations exigeront un leadership très ciblé et des orientations politiques fermes.

D’autres idées et projets audacieux pourraient voir le jour cette année, incitant gouvernements et consommateurs à revoir leur conception de l’avenir de l’énergie, des transports et de la technologie.

Ces changements, qui se produiront à l’échelon tant macroéconomique (pays ou ville) que microéconomique (consommateur ou citoyen), entraîneront non seulement un réaménagement des priorités (comme nous l’expliquons à la tendance no 4), mais ils poseront également tout un défi aux élus qui devront décider dans quelles technologies investir et à quel moment.

Nous n’en sommes qu’au début d’un long processus. Il vaut mieux, à cette étape, poursuivre le débat public avant d’agir, la transparence constituant la meilleure garantie d’un véritable changement.

Perspectives à long terme

Les gouvernements auront la lourde tâche, dans les 15 à 20 prochaines années, de concilier le besoin de répondre à la demande accrue d’énergies non polluantes avec la gestion de leurs capacités actuelles. D’un côté, personne ne veut se porter acquéreur de biens condamnés à l’obsolescence à court terme. De l’autre, on ne peut se permettre d’attendre qu’une solution révolutionnaire vienne résoudre tous les problèmes. L’évolution rapide de la technologie ne saurait justifier l’inaction.

L’imbrication des secteurs de l’énergie, des transports et de la technologie pourrait offrir aux pays en développement une occasion idéale de rattraper l’Ouest en exploitant les possibilités offertes par la production décentralisée et le stockage d’énergie, entre autres l’énergie solaire. Nous avons déjà atteint la parité des coûts entre l’énergie thermique et l’énergie solaire dans certains marchés, mais nous sommes encore loin de pouvoir répondre aux besoins croissants liés aux technologies énergivores et à l’électrification des transports. L’enrichissement de la classe moyenne va faire exploser la demande d’énergie sous toutes ses formes.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre