Webémission DealCast 2 | KPMG | CA

Maximiser la valeur des sociétés fermées

Webémission DealCast 2

Diffusé à l’origine : 30 septembre 2016

Président, Financement corporatif KPMG inc.

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Webémission DealCast

Résumé
En tout temps, au moins un propriétaire canadien de petite entreprise sur trois cherche à vendre son entreprise dans le cadre d’une stratégie de sortie. Les experts affirment toutefois que les réflexions entourant une telle vente devraient avoir lieu bien avant le moment où l’entrepreneur se décide à mettre son entreprise aux enchères.

En effet, les sociétés fermées doivent s’assurer de disposer de processus et de systèmes d’information permettant de rendre la transaction aussi simple et lucrative que possible.

En ce qui concerne les sociétés ouvertes, mettre en place de telles structures fait partie intégrante de l’accroissement de la valeur pour les actionnaires. Les sociétés fermées sont toutefois bien souvent dirigées de façon instinctive, peu de données historiques étant consignées et des pratiques de gestion non homogènes étant suivies. De tels processus informels peuvent bien servir la société dans sa période démarrage et durant son exploitation, mais ils pourraient venir réduire sa valeur au moment de la vente.

En fait, l’objectif de ces systèmes devrait être de rendre les propriétaires actuels superflus dans les activités quotidiennes de leur société. Pensez-y : le propriétaire s’apprête à partir et les acheteurs n’accorderont sûrement pas à l’entreprise la valeur qu’elle mérite si son meilleur actif est sur le point de quitter les lieux.

Plutôt, les sociétés fermées doivent tenir compte des deux principaux paramètres utilisés par les acheteurs pour établir le prix qu’ils offrent :

  1. quel montant de flux de trésorerie la société génère-t-elle dans ses activités normales; 
  2. quel est le rendement nécessaire pour compenser les risques visant le maintien de ces flux de trésorerie dans l’avenir.

Afin d’obtenir réponse à cette dernière question, la direction doit comprendre différents aspects de l’entreprise, dont certains ont peut-être été négligés durant la période de croissance. Parmi ceux-ci, on compte la qualité des actifs actuels, la valeur de la marque ou de la réputation de la société sur le marché et la surconcentration de la clientèle actuelle.

Les propriétaires doivent également reconnaître l’importance des conseillers dans le calcul du prix de vente. Les entrepreneurs peuvent vendre eux-mêmes leur entreprise, mais cela peut donner lieu à un prix moindre que si le propriétaire avait obtenu une aide compétente.

La direction doit avoir une bonne compréhension du secteur, du bassin d’acheteurs potentiels, des synergies possibles avec les partenaires de fusion et des obstacles propres au secteur. Ces connaissances devraient permettre de définir une approche ciblée dans la recherche d’acheteurs et d’atteindre un niveau approprié d’intérêt au moment de la vente, ce qui est crucial à un processus d’enchères vigoureux et à la maximisation du prix de vente de l’entreprise.

Inscrivez-vous et écoutez la webémission.

Si vous avez des questions concernant cette webémission, écrivez à enterprise@kpmg.ca.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre