Appel à l’action | KPMG | CA

Appel à l’action : Les technologies de rupture dans le secteur des médias

Appel à l’action

Pour les entreprises médiatiques du monde entier, la transformation se poursuit, alimentée par l’afflux constant de bouleversements technologiques.

Associée, Audit, et leader, Médias et divertissement, RGT

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Appel à l’action

Our les entreprises médiatiques du monde entier, le processus de transformation se poursuit, alimenté par l’afflux constant de bouleversements technologiques. De plus en plus de dirigeants des médias reconnaissent que le succès à long terme de leur entreprise dans ce nouveau contexte exige l’abandon du rôle traditionnel de fournisseur de contenus et de produits (journaux, films, émissions télévisées, etc.) pour celui de concepteur et de conservateur de solutions permettant aux clients d’accéder sur demande, en temps réel et de façon économique, au matériel qui les intéresse.

De nombreuses sociétés médiatiques résistent toujours au changement parce que leur chiffre d’affaires continue de bien se porter. Il faut toutefois se rendre à l’évidence : le statu quo n’est pas une stratégie commerciale viable à long terme.

Notre étude démontre que la majorité des dirigeants des médias (60 %) sont enthousiasmés par les perspectives qu’offrent les technologies révolutionnaires. Ils sont toutefois peu nombreux à prendre des mesures adéquates de préparation opérationnelle et à tirer réellement profit de ces occasions.

Dans les faits, seulement 33 % des décideurs du secteur affirment être « très bien préparés » et avoir une vision stratégique claire pour faire face aux modifications technologiques perturbatrices, tandis qu’à peine 25 % sont convaincus d’être « très bien préparés » en matière de compétences des employés.

Tour d’horizon des nouveaux enjeux concurrentiels

Selon les résultats de l’étude, les dirigeants des médias sont particulièrement préoccupés par les pressions concurrentielles – non seulement de la part des concurrents traditionnels, mais également d’acteurs provenant d’autres secteurs qui empiètent sur leur territoire.

Les perturbations – et le resserrement de la concurrence – découlant de l’évolution rapide de la technologie rendent très difficile le rattrapage des initiatives prises par la concurrence, ce qui complique encore les choses pour les sociétés médiatiques d’aujourd’hui. Plus du tiers des répondants (35 %) reconnaissent avoir « décelé trop tard la présence d’une nouvelle tendance », alors que près de la moitié des répondants représentant des organisations médiatiques (44 %) affirment « ne pouvoir investir assez rapidement pour suivre le rythme ».

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre