La qualité, premier critère de sélection d’un auditeur | KPMG | CA

La qualité, premier critère de sélection d’un auditeur

La qualité, premier critère de sélection d’un auditeur

La chasse aux honoraires peut conduire les comités d’audit à perdre de vue l’impératif de qualité

Contenu connexe

La qualité, premier critère de sélection d’un auditeur

Les honoraires d’audit sont devenus un enjeu majeur sur de nombreux fronts, parfois contradictoires, pour les comités d’audit. Alors que les sociétés cherchent à limiter leurs coûts, y compris le coût d’un audit, les auditeurs quant à eux composent avec des exigences réglementaires croissantes en matière d’audit qui demandent de plus en plus de temps et de ressources. Ce conflit inhérent entre la réduction des coûts et l’assurance d’un audit de qualité supérieure devient un défi central pour les comités d’audit canadiens lorsque leur organisation envisage de changer de cabinet d’audit, ou qu’elle est tenue de le faire, car le comité est responsable de la sélection de l’auditeur ainsi que de l’approbation des honoraires.

Dans la conjoncture économique actuelle, où bon nombre de sociétés tentent de prospérer, la direction se soucie avec raison de la réduction des coûts dans le plus de domaines possible, y compris en ce qui concerne les honoraires d’audit. Il en ressort clairement une responsabilité de surveillance correspondante pour le comité d’audit dans le cadre de son mandat d’agir au mieux des intérêts de l’organisation, responsabilité en vertu de laquelle il doit s’assurer que les honoraires demeurent sous contrôle.

Parallèlement, la bonne gouvernance et la nécessité réglementaire exigent que la qualité de l’audit soit maintenue à un niveau aussi élevé que possible. Les comités d’audit doivent trouver un juste équilibre entre le coût et la qualité au cours du processus de sélection d’un auditeur.

Mettre la qualité à l’avant-plan

De toute évidence, le vent est en train de tourner en faveur de la qualité de l’audit à titre de critère déterminant du processus de sélection, un revirement qui découle principalement du discours entourant les exigences en matière de rotation des auditeurs dans l’Union européenne. La rotation des cabinets d’audit n’est pas obligatoire au Canada, et l’incertitude demeure quant à la question de savoir s’il s’agit de la voie de l’avenir à l’échelle mondiale. Toutefois, pour les services d’audit, le processus d’appel d’offres sans égard aux honoraires, une approche qui fait son chemin comme moyen de s’assurer que la qualité de l’audit constitue le facteur clé dans le choix d’un nouveau cabinet d’audit, s’impose à titre de pratique exemplaire que devraient envisager tous les comités d’audit qui se retrouvent en processus de sélection.

Le processus d’appel d’offres sans égard aux honoraires comprend tout d’abord la sélection du cabinet d’audit et de l’équipe considérés comme possédant les meilleures qualifications pour agir à titre d’auditeurs, sans prendre en compte ni même voir quelque information que ce soit relativement aux honoraires, puis, et après cette sélection préliminaire seulement, la négociation d’honoraires concurrentiels par rapport au marché avec le cabinet retenu. La prémisse est que, tout en demeurant cohérente avec la responsabilité d’une gestion efficace des honoraires, la sélection d’un auditeur ne devrait pas reposer entièrement, ni même principalement, sur le coût. Des éléments clés comme l’expérience, l’affinité culturelle, la portée géographique pertinente, l’expérience sectorielle, la réputation, la clientèle, ainsi que les outils et les méthodes, sont tous pris en compte dans la décision, le facteur déterminant étant la capacité générale avérée des candidats à livrer des audits de la plus haute qualité qui soit.

Ce n’est qu’à ce moment-là qu’entre en jeu la négociation d’honoraires justes et appropriés, qui s’appuie entre autres sur les honoraires passés ou les informations sur le marché relativement aux honoraires payés par des cabinets comparables. Cette approche démontre clairement à la direction, ainsi qu’au cabinet d’audit, l’importance que le comité d’audit accorde à la qualité de l’audit.

Le processus d’appel d’offres sans égard aux honoraires semble bénéficier d’un appui croissant, même s’il est loin d’être universel. De vives discussions ont effectivement lieu en Europe, où la réglementation fait de ce sujet une préoccupation permanente. Toutefois, étant donné la progression du taux d’approbation, les comités d’audit canadiens auraient intérêt à examiner le potentiel de ce processus en tant que pratique exemplaire. C’est ce que suggère Paul Beswick, ancien chef comptable à la Securities and Exchange Commission, qui ajoute également une mise en garde lourde de sens relativement aux dangers de la chasse aux honoraires :

[TRADUCTION] « La décision de retenir les services d’un auditeur ou de l’embaucher ne devrait pas être dictée par des considérations pécuniaires. De plus, si le comité d’audit se contente de faire la chasse aux honoraires, et qu’un échec de l’audit survient par la suite, des questions peuvent se poser quant à la diligence avec laquelle les membres du comité d’audit s’acquittent de leurs responsabilités. » [1]

La multinationale Barclays, géant du secteur bancaire, a utilisé un processus sans égard aux honoraires lorsqu’elle a soumis son audit à un appel d’offres aux fins du respect de la réglementation sur la rotation des auditeurs au Royaume-Uni. Dans la description de son processus d’appel d’offres, Barclays a indiqué que les offres de service avaient été évaluées « sans égard aux honoraires », c’est-à-dire que ni la direction ni le comité d’audit n’avaient vu les informations relatives aux honoraires avant de formuler leurs recommandations. [2]

Questions clés pour les comités d’audit au sujet des honoraires des auditeurs et de la qualité de l’audit

  • Avons-nous procédé à une évaluation de nos honoraires actuels et en avons-nous discuté avec l’auditeur, en tenant compte de tous les aspects de la relation?
  • Avons-nous demandé à notre auditeur de nous fournir une analyse des données sur la compétitivité des honoraires fondée sur les informations rendues publiques relativement aux honoraires?
  • Comprenons-nous parfaitement la position de la direction au sujet des honoraires d’audit et de ce que devrait englober la valeur de l’audit, selon elle?
  • La question des honoraires d’audit éclipse-t-elle la qualité dans notre processus d’appel d’offres et de sélection d’un auditeur?

Rééquilibrer l’équation

Peu importe que la sélection d’un auditeur sans égard aux honoraires soit finalement adoptée à grande échelle à titre de pratique exemplaire des comités d’audit, il est toujours impératif de trouver l’équilibre entre des honoraires justes et la qualité de l’audit. La dichotomie coût-qualité n’est toutefois peut-être pas aussi tranchée qu’elle le semble. Des administrateurs chevronnés reconnaissent que, en période de volatilité économique, alors que le contrôle des coûts se hisse à la première place dans l’ordre du jour de l’entreprise, la nécessité d’un audit de qualité ne fait qu’augmenter.

[1] Securities and Exchange Commission des États-Unis, 9 décembre 2013. «­­ Remarks at the AICPA 2013 Conference on Current SEC and PCAOB Developments » par Paul Beswick.

[2] Barclays. « Audit Tender Process Overview », 3 juillet 2015.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre