La croissance économique exige une approche équilibrée. | KPMG | CA

Une approche équilibrée pour favoriser la croissance économique

La croissance économique exige une approche équilibrée.

Oui aux investissements en infrastructure pour stimuler la croissance, mais combinés à la R-D, à l’innovation et à des réductions d’impôt.

Associé et président mondial, Marchés de consommation, et associé responsable, Marchés à forte croissance

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Une approche équilibrée pour favoriser la croissance éc

Selon notre dernier sondage trimestriel auprès des cadres dirigeants canadiens [PDF 508 Ko], le financement des infrastructures revêt une grande importance. Bon nombre des répondants croient d’ailleurs qu’il s’agit là d’un bon moyen pour stimuler la croissance à long terme et la productivité. Ce n’est toutefois qu’une partie de la solution à une économie affaiblie. Les cadres dirigeants interrogés croient qu’une approche équilibrée s’impose pour favoriser la croissance économique et la productivité. Nombreux souhaiteraient combiner le financement des infrastructures à d’autres mesures : encouragement à l’innovation et à la R-D, acheminement des ressources au marché (pipelines), réductions d’impôt et soutien à la formation et au perfectionnement.

Visitez notre page Infrastructures pour accéder à des ressources et à des pistes de réflexion, et pour savoir comment nous pouvons vous aider dans le cadre de projets complexes.

Faits saillants

Budget fédéral

  • Parmi les répondants, 56 % appuient l’intention du gouvernement fédéral d’envisager un déficit sur trois ans pour financer les infrastructures.
  • Selon les cadres dirigeants, une combinaison des mesures suivantes pourrait contribuer à stimuler la croissance économique et la productivité : investissements dans les infrastructures et les transports collectifs, encouragement à l’innovation et à la R-D, accès aux ressources sur le marché, réductions d’impôt, soutien à la formation et au perfectionnement, encouragement aux PME et aux entreprises en démarrage, etc.

Changements climatiques, émissions de carbone et sources d’énergie

  • Parmi les répondants, 74 % appuient les investissements dans les technologies propres et les initiatives de transport qui visent à réduire les émissions de carbone.
  • Tandis que la vaste majorité des répondants (76 %) jugent irréaliste que le Canada abandonne les combustibles fossiles d’ici 2050, 43 % conviennent toutefois que l’objectif est louable.
  • Nombreux (30 %) estiment que le principal obstacle à l’élimination des combustibles fossiles est le coût des solutions de rechange, suivi de la déficience de la technologie, de l’absence de solutions viables, de la dépendance des consommateurs à l’automobile, etc.

Dollar canadien, répercussions de la volatilité du marché sur les entreprises

  • La plupart des cadres dirigeants ont modifié leur plan d’affaires en raison de la conjoncture de la dernière année : 37 % ont réduit leur personnel, 33 % ont réduit leurs dépenses en immobilisations, 28 % ont réduit leurs dépenses d’exploitation ou autres.
  • Parmi les répondants, 54 % croient que la faiblesse du dollar est cyclique et que ses effets ne se feront pas sentir indéfiniment dans les sièges sociaux d’entreprises canadiennes. Cela dit, si la valeur du dollar devait s’élever à 80 cents, cela aurait un effet négatif sur leur entreprise, selon 41 % d’entre eux.

Fichiers les plus téléchargés

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre