Cybersécurité : rapport sur le sondage CEO Outlook | KPMG | CA

Cybersécurité : rapport sur le sondage CEO Outlook

Cybersécurité : rapport sur le sondage CEO Outlook

Le rapport présente un portrait mondial de la cybersécurité ainsi que les perspectives des répondants quant aux trois prochaines années.

Contacts

Contenu connexe

Cybersécurité : rapport sur le sondage CEO Outlook

Les entreprises les plus innovantes voient en la cybersécurité une occasion d’enrichir l’expérience client et d’accroître les revenus, pas seulement un risque à gérer.

Elles arrivent à faire de leur préparation aux incidents de cybersécurité un avantage concurrentiel, plutôt que de n’en voir que le coût, et à intégrer la sécurité aux nouveaux produits et services dès leur conception. Aussi, elles savent que la cybersécurité n’est pas que l’affaire des TI; elle s’étend à toute l’organisation, voire à ce qui l’entoure.

Dans un sondage réalisé récemment par KPMG International, plus de 1 200 chefs d’entreprises parmi les plus importantes et les plus complexes ont révélé ce qui les garde éveillés la nuit. Le rapport qui fait suite au sondage CEO Outlook présente un portrait mondial de la cybersécurité ainsi que les perspectives des répondants quant aux trois prochaines années.

Principaux constats

  • Un dirigeant sur cinq cite la sécurité informatique comme étant le risque le plus redouté.
  • Les dirigeants font face tant bien que mal à la concurrence qui s’intensifie et nourrissent certaines inquiétudes : la loyauté de leurs clients (86 %), la crainte de se laisser distancer par les progrès technologiques (72 %) et la pertinence de leur produit ou service (66 %) d’ici trois ans.
  • Les dirigeants qui se disent impuissants à faire face à un incident de cybersécurité seront plus enclins à augmenter leur effectif dans les trois années à venir; la moitié d’entre eux s’attendent à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée au cours de la même période.
  • Près du tiers (29 %) des répondants considère la cybersécurité comme l’enjeu le plus lourd de conséquences pour l’entreprise.
  • Seulement la moitié des répondants ont désigné un responsable de la cybersécurité ou y ont affecté une équipe, et deux répondants sur dix (21 %) n’ont aucun projet en ce sens.
  • Seulement 37 % des organisations qui ont répondu au sondage ont mis à niveau leurs technologies.

Les organisations canadiennes sont-elles prêtes?

Au Canada, les dirigeants semblent présumer de leurs aptitudes dans ce domaine. De nombreuses entreprises se croient prêtes à parer à toute éventualité parce qu’elles disposent d’un plan d’intervention en cas d’atteinte bénigne à la sécurité, comme une infection par code malicieux. Dans bien des cas, toutefois, ces plans sont des outils génériques qui risquent d’être peu utiles advenant une brèche majeure. Les organisations doivent alors circonscrire leurs données les plus précieuses, envisager tous les scénarios d’intrusion possibles et établir un plan d’intervention en conséquence. D’ailleurs, elles feraient bien de revoir périodiquement leurs scénarios et leurs plans à mesure qu’elles évoluent.

L’équipe Cybersécurité de KPMG offre des services de gestion de bout en bout des menaces à la cybersécurité pour aider les organisations à devenir cyberrésilientes.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre