Les membres des conseils d’administration d’OSBL | KPMG | CA

Suggestions à l’intention des membres de conseils d’administration d’OSBL

Les membres des conseils d’administration d’OSBL

L’univers des OSBL est vaste.

Associée, Entreprise

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Suggestions à l’intention des membres de conseils d’administration d’OSBL

Bien que la raison d’être des organismes sans but lucratif (« OSBL ») soit nettement différente de celle des entreprises à but lucratif, il serait faux de considérer la fonction et les activités des conseils d’administration d’OSBL comme très différentes de celles de leurs contreparties à but lucratif. Les défis opérationnels se reflètent les uns les autres, et les conseils d’administration d’OSBL ont aussi pour mandat de remettre en question la direction et le statu quo, et d’être à l’affût des enjeux essentiels concernant la surveillance, comme la cybersécurité, la conformité à la réglementation et la présentation de l’information. En effet, sur le plan de la communication de l’information, ils sont confrontés à autant d’obstacles, sinon plus, car le public a tendance à exiger des OSBL un niveau plus élevé de reddition de comptes. Les donateurs veulent qu’un bon usage soit fait de leur argent, et même si l’organisation se doit de consolider cette confiance de façon manifeste, c’est au conseil d’administration que revient ultimement la responsabilité relative à la reddition de comptes.

En gardant à l’esprit ce qui précède, les membres des conseils d’administration d’OSBL (particulièrement les futurs membres) devraient tenir compte des quelques conseils suivants :

  • N’oubliez pas : vous n’êtes pas dans le monde des affaires

Les administrateurs issus du monde des affaires ont tendance à conserver leur zone de confort. Ils veulent qu’un ensemble de pratiques exemplaires soit mis en application, mais ce qui fonctionne bien dans une société ouverte du point de vue de la gouvernance ne fonctionne pas toujours dans le contexte sans but lucratif. La connaissance du monde des affaires est certes précieuse, mais elle ne se transfère pas nécessairement telle quelle.

  • Soyez conscient de la réalité financière

Le secteur des OSBL est principalement constitué de gens passionnés et dévoués qui souhaitent simplement faire ce qu’ils font en se souciant moins de la rémunération. Dans tous les domaines, moins d’argent afflue, par exemple dans le cas des fonds discrétionnaires. Alors que l’embauche de consultants externes est considérée comme un investissement dans le monde des entreprises à but lucratif, pour les OSBL, une telle embauche pourrait générer des frais indirects et susciter des questionnements chez les donateurs. Méfiez-vous de ces objections; les investissements sont tout aussi nécessaires dans le monde des OSBL. Afin de réduire ces coûts, les OSBL mettent souvent à profit, dans la mesure du possible, l’expertise de bénévoles et de donateurs pour régler des questions. Les conseils d’administration devraient tout autant chercher à découvrir des connaissances ou des habiletés jusque-là inexploitées chez leurs membres.

  • Soyez prêt à affronter la complexité

Le secteur des OSBL est quelque peu incompris. Bien qu’il soit collectivement plus gros que la plupart des autres secteurs, il est souvent laissé pour compte, puisqu’il n’est pas axé sur les bénéfices. Les membres de conseils d’administration découvrent rapidement à quel point les OSBL peuvent s’avérer complexes, et ils doivent mettre l’accent sur la compréhension du secteur et de ses subtilités organisationnelles.

  • Assurez-vous d’avoir assez de temps

Ne cherchez pas à devenir membre du conseil d’administration d’un OSBL si vous n’avez pas de temps à y consacrer. Le pays compte plus de 100 000 OSBL, qui vont de l’association parents-professeurs à l’organisme gérant des milliards de dollars, et de l’OSBL doté d’un petit conseil d’administration autonome à celui dont le conseil d’administration est composé de multiples comités, met fortement l’accent sur le risque et la communication de l’information, et gère un budget de fonctionnement de près d’un milliard de dollars. Soyez donc conscient que le temps qu’il faut consacrer à un OSBL est proportionnel à la taille de celui-ci, et ne supposez pas qu’il sera moins exigeant d’être membre du conseil d’administration d’un OSBL.

  • Comprenez votre responsabilité personnelle

Les audits n’ont pas tendance à faire partie des principales préoccupations des conseils d’administration d’OSBL. En effet, ce ne sont même pas tous les conseils qui ont un comité d’audit distinct. La plupart des administrateurs veulent plutôt s’assurer que l’organisme respecte les règles, et qu’il ne s’adonne pas à des activités qui pourraient engager leur responsabilité. Les administrateurs qui prennent part à des questions soulevant un risque et qui interagissent avec l’Agence du revenu du Canada (« ARC ») doivent connaître toute obligation d’information spécifique s’appliquant à l’organisme et être au fait de toutes les règles et conséquences connexes, tant pour l’organisme que pour eux-mêmes.

 

L’univers des OSBL est vaste

Les gens qui se tournent vers le secteur des OSBL sont à différentes étapes de leur vie et proviennent de toutes sortes de milieux de travail. Il est important pour les membres de conseils d’administration de prendre le temps de comprendre le secteur des OSBL en lui-même, et de savoir à quels niveaux les fonctions du conseil d’un OSBL diffèrent de celles des conseils d’entreprises à but lucratif. Cette compréhension devrait vous aider à prendre conscience de l’objectif d’une contribution à l’univers des OSBL par l’intermédiaire de votre participation au conseil d’administration, tout en vous aidant à remplir votre rôle de façon plus efficace au sein d’un tel conseil.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre