Reprogramming Government for the Digital Era | KPMG | CA

Rapport Shifting Gears: Reprogramming Government for the Digital Era

Reprogramming Government for the Digital Era

KPMG et le Mowat Centre examinent les nouvelles technologies et leur potentiel pour transformer en profondeur l’élaboration des politiques.

Associé, Chef de l’exploitation, Services-conseils de KPMG International

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Reprogramming Government for the Digital Era

Les pouvoirs publics cherchent un juste milieu entre la réforme des modèles de prestation de services à long terme et les mesures de réduction des coûts et d’augmentation des recettes à court terme. Aussi sont-ils nombreux à prendre conscience du rôle essentiel des nouvelles technologies numériques comme catalyseur de changement.

Dans Reprogramming Government for the Digital Era, KPMG et le Mowat Centre examinent les nouvelles technologies et leur potentiel pour transformer en profondeur l’élaboration des politiques et les modes de prestation de services à la population dans les années à venir.

Les auteurs se sont attardés aux trois principales fonctions d’une administration : l’établissement de politiques, la mise en place de programmes et de services, et l’évaluation des services. La conclusion? Une transformation durable exigera du secteur public qu’il soit branché, mobile, qu’il maîtrise le numérique et exploite à fond les nouvelles technologies pour pouvoir s’acquitter de ses fonctions.

Faits saillants

Reprogramming Government for the Digital Era, qui fait partie de la série Shifting Gears de KPMG et du Mowat Centre, regroupe sous quatre grands thèmes les priorités des administrations qui souhaitent s’actualiser et innover :

  1. La redéfinition des compétences et des fonctions – Une grande incertitude plane quant aux rôles que joueront les fonctionnaires dans une administration entièrement numérique.
  2. Le changement de culture – La culture au sein de la fonction publique reste caractérisée par le cloisonnement et une peur de l’échec qui freinent les efforts de transparence et de collaboration.
  3. L’adoption de nouvelles technologies – Les pouvoirs publics doivent saisir l’occasion « numérique » pour créer des boucles de rétroaction et des réseaux publics plus efficaces grâce aux applications mobiles, à la gestion participative de l’information et aux consultations publiques interactives.
  4. La mise à jour des cadres législatifs et réglementaires – De nombreux cadres législatifs et réglementaires se trouvent périmés à l’ère numérique. On doit envisager de nouvelles façons d’élaborer des cadres pertinents et adaptables.

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre