Qu’est-ce que la qualité de l’audit? | KPMG | CA

Qu’est-ce que la qualité de l’audit?

Qu’est-ce que la qualité de l’audit?

Le CCRC et CPA Canada changent la façon dont les comités d’audit surveillent les auditeurs externes.

Associé directeur canadien, gestion des risques

KPMG au Canada

Contacter

Contenu connexe

Qu’est-ce que la qualité de l’audit?

Le CCRC et CPA Canada changent la façon dont les comités d’audit surveillent les auditeurs externes. John Gordon explique ce que ces nouvelles directives signifient pour vous.

En 1974, Robert M. Pirsig s’est interrogé sur la notion de « qualité » dans son livre phare intitulé Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes. À l’époque, l’auteur a reconnu que le livre comportait très peu de renseignements factuels sur le courant zen et sur les motocyclettes, mais qu’il examinait en profondeur la notion de qualité. Aujourd’hui, 40 ans plus tard, le Conseil canadien sur la reddition de comptes (« CCRC ») et les Comptables professionnels agréés du Canada (« CPA Canada ») ont levé le flambeau de la qualité dans le but d’aider les comités d’audit à évaluer la performance de leurs auditeurs externes. Bien que le CCRC et CPA Canada ne fassent nullement référence au courant zen ou aux motocyclettes, ils ont fourni des outils visant à améliorer la surveillance des auditeurs externes par le comité d’audit, car ils sont convaincus que cette approche est la plus susceptible d’améliorer la qualité de l’audit.

Afin de vous aider à appliquer ces directives, voici les réponses à certaines questions courantes que vous êtes susceptible de vous poser.

Les comités d’audit changent-ils leurs processus en réponse aux documents de CPA Canada?

La plupart des comités d’audit prennent des mesures afin de comprendre les nouvelles directives et de déterminer de quelle façon elles pourraient influer sur leurs processus. Le sujet fait certainement l’objet de discussions, formelles autant qu’informelles, dans le cadre des réunions des comités d’audit. Bien sûr, nombre de comités d’audit disposent déjà de processus aux fins de l’évaluation de la qualité des auditeurs externes. Par conséquent, les répercussions des nouvelles directives et des nouveaux outils varieront d’une organisation à l’autre.

Les comités d’audit utiliseront-ils les outils de CPA Canada aux fins des évaluations annuelles et des évaluations périodiques complètes de l’auditeur externe?

Cela dépend des cas. Certains comités d’audit trouvent que les formulaires sont exagérément longs et détaillés, et craignent que cela puisse nuire à la tenue d’une discussion de fond sur des questions importantes, alors que d’autres apprécient la structure fournie par les outils. Certains cabinets d’audit ont même élaboré des versions des formulaires pour aider leurs clients, mais nombre de comités d’audit souhaitent que leurs processus paraissent neutres et équilibrés, et pourraient donc hésiter à utiliser ces formulaires. Nous croyons que les outils fournis par CPA Canada se veulent évolutifs et adaptables aux situations particulières de chaque organisation. Par conséquent, il est probable que de nombreux comités d’audit prépareront des versions plus courtes et moins détaillées des formulaires en vue d’orienter et de documenter leurs processus d’évaluation.

Qu’est-ce que la qualité de l’audit? Quels sont les éléments essentiels à la qualité du service fourni par l’auditeur externe?

Bien qu’il n’existe pas d’analyse ou de définition universellement reconnues de ces notions, il s’agit de questions complexes dont traitent les documents de CPA Canada. Au minimum, un service d’audit externe de qualité se doit d’inclure un audit rigoureux, exécuté en faisant preuve d’un degré approprié d’esprit critique et conformément aux normes applicables. D’autres éléments essentiels pourraient comprendre l’ampleur de la connaissance du secteur d’activité, la nature et l’étendue de conseils précieux et d’observations découlant du processus d’audit, ou encore la capacité de coordonner la prestation de services de façon efficace à partir de nombreux emplacements dans le monde entier.

De nombreux comités d’audit se demandent s’ils ne devraient pas faire tout leur possible afin d’obtenir le service d’audit au moindre coût. Évidemment, nous avons un parti pris naturel par rapport à cette question mais, d’après notre expérience, les meilleurs comités d’audit envisagent cette question de la même manière qu’ils le feraient pour tout autre service professionnel à l’égard duquel la qualité revêt une importance critique pour l’organisation. Ce point de vue est renforcé par le commentaire suivant, qui a récemment été formulé par le chef comptable de la SEC :

[TRADUCTION] Je souhaite sincèrement que les membres des comités d’audit […] n’arrêtent pas toujours leur choix sur le fournisseur à faible coût. Si les comités d’audit cherchent à réduire les coûts en faisant la « chasse aux honoraires » et que survient par la suite un échec de l’audit, cela pourrait engendrer des problèmes de responsabilité et « soulever des questions » quant à la mesure dans laquelle le conseil s’acquitte efficacement de ses responsabilités.

Qui devrait coordonner les processus d’évaluation? Le comité d’audit? La direction? Un tiers? L’auditeur externe?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à cette question. Les comités d’audit doivent obtenir l’information nécessaire et prendre le temps dont ils ont besoin afin d’effectuer une évaluation complète et éclairée. Alors que certaines organisations pourraient demander de l’aide aux auditeurs, et que quelques-unes pourraient retenir les services de tiers, la plupart du temps, c’est probablement un membre de l’équipe de direction qui coordonnera les activités. Les auditeurs seront en mesure de fournir la majeure partie de l’information faisant partie intégrante des processus d’évaluation.

Existe-t-il des pratiques exemplaires que les comités d’audit peuvent appliquer pour évaluer leurs auditeurs externes?

D’après notre expérience, alors que les nouvelles directives n’ont pas encore suscité le développement de nouvelles tendances ou de nouveaux thèmes, il est plus efficace :

  • de parvenir à une entente relativement aux aspects les plus importants des services fournis par l’auditeur externe, ce qui variera d’une organisation à l’autre;
  • d’obtenir des commentaires de la part des membres du comité d’audit, de la direction et des auditeurs externes, relativement à chaque aspect de la qualité du service. Il convient aussi d’envisager de donner à chaque partie l’occasion de formuler des commentaires sur l’information initiale fournie par les autres parties, chaque partie pouvant ainsi être en mesure d’apporter une perspective intéressante à l’égard des observations formulées par les autres;
  • de prévoir suffisamment de temps pour que le comité d’audit puisse discuter en profondeur de l’information recueillie;
  • de tenir une discussion ouverte et franche avec les auditeurs externes, au sujet des résultats de l’évaluation.

Dernières réflexions

Alors que les pratiques évolueront au cours des mois et des années à venir, chaque organisation devrait établir des processus conformes à l’esprit des documents de CPA Canada. Même si de nombreuses organisations élaboreront des outils et processus plus efficaces compte tenu de leur situation, il pourrait être utile pour elles d’utiliser les outils et les documents de CPA Canada à titre de référence.

Il y a tout lieu de croire que les comités d’audit –  et les personnes – demeureront confrontés à la notion de qualité dans les années à venir. Cela dit, nous continuerons à collaborer avec le CCRC et CPA Canada pour aider à façonner le futur de la qualité de l’audit au Canada.

  • John Gordon, associé directeur canadien, Audit, KPMG

Communiquez avec nous

 

Appel d’offres

 

Soumettre